Simone Gbagbo le 14 avril 2019 a Bondoukou

L’ancien première dame ivoirienne, était dans la région du Gontougo, du vendredi 12 au dimanche 14 avril 2019 où elle a pris part à une cérémonie d’hommage à Richard Secré à , ex-ministre .

Prenant la parole, Simone Gbagbo a tenu à remercier les autorités traditionnelles locales et demandé aux populations de Bondoukou de prendre en mains leur destin.
«Partout où je vais, je dis aux populations que notre délivrance totale est dans nos mains», a-t-elle lancé depuis Bondoukou.

Avant de demander la libération total de tous les prisonniers politiques et militaires : «Nous avons encore des officiers de notre armée qui sont encore en prison alors qu’une loi d’amnistie a été votée. Ce sont les mêmes faits qui maintiennent aujourd’hui en prison le général et les autres. Mon souhait, c’est que tous ceux qui sont détenus, soient mis en liberté. Cela va même contribuer à ramener la paix et la volonté de réconciliation ».

A lire aussi : Simone Gbagbo à Aboisso : « La Côte d’Ivoire va nous être arrachée si nous les propriétaires ne faisons pas le sacrifice »

C’est dans cette optique, que la vice-présidente du (FPI) a également invité les représentants du de Bondoukou à s’engager pour la libération de tous les militaires encore en prison, afin que cela booste la réconciliation et fasse baisser les tensions.

Avant de conclure que la politique ne doit pas être la guerre et les élections ne doivent pas déboucher sur la guerre : «Nous avons le devoir, dès maintenant, au moment où nous voyons arriver les élections de 2020 et sans attendre d’entrer en 2020, nous avons le devoir de nous asseoir pour discuter et de sortir des résolutions, des décisions consensuelles. »