Dans l’affaire de logo qui oppose le et le , le juge a rejeté la demande d’interdiction de l’utilisation du logo du lundi 5 janvier 2019.

L’annonce a été faite par Me Suy Bi Gohoré, secrétaire exécutif du -RDA chargé des Affaires juridiques. « Le juge a indiqué que le RHDP a été créé et un récépissé existe à cet effet. Et qu’il importe d’abord au -RDA de faire annuler ce récépissé avant de demander l’interdiction de son logo. Il a ajouté que l’éléphant et la carte de la Côte d’Ivoire qui composent également le logo ne peuvent faire l’objet d’une appropriation par un parti politique. Mais, c’est une décision en première instance », a-t-il expliqué.

Notons que depuis le 16 juillet 2018, date de la création du RHDP, les tensions entre le PDCI-RDA et le Rassemblement des républicains () se cristallisent. Le 8 août 2018, a annoncé officiellement son retrait du RHDP et malgré cela, le logo du PDCI-RDA continu d’être utilisé dans les activités des militants du nouveau parti.

A lire aussi : Fologo fait la morale aux ministres RHDP à Paris : « Ceux qui sont PDCI ne sont pas anti-houphouëtistes »

Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du parti septuagénaire avait même dénoncé cet acte en ces termes : « Il est anormal que les militants du RHDP, Parti unifié continuent d’utiliser notre logo pendant leurs activités. C’est fait dans l’intention de tromper la vigilance de nos militants ». Une saisie de la cour suprême à l’effet d’interdire l’utilisation des insignes du PDCI-RDA par certains candidats lors des élections couplées municipales-régionales du 13 octobre 2018 a été introduite.

Mais contre toute attente, elle n’avait rien donnée. La cour supprême s’était même déclarée indépendante d’après les explications de Me Suy Bi Gohoré. Alors, ce unième rejet de la justice ivoirienne contre la demande d’interdiction de l’utilisation du logo du PDCI-RDA et les arguments avancés par le juge ‘’le PDCI ne saurait s’approprier l’éléphant et la carte de la Côte d’Ivoire’’ suscite de véritables interrogations sur le droit de la propriété en Côte d’Ivoire.

Roxane Ouattara