La levée du corps d’Aly Meroueh a eu lieu à Abidjan-Treichville le 5 janvier 2019 en présence de parents, amis et connaissances des parents, de la communauté libanaise et surtout d’une partie des ivoiriens venue témoigner leur compassion à la famille. Il sera inhumé au Liban.

Le parvis d’Ivoire Sépulture () a refusé du monde pour la prière d’Asr (Prière de 16 h) en l’honneur du petit . Des pleurs, des cris de désolation des personnes venues démontrer leur affection au môme de quatre ans. « Aly était un enfant doux, il ne parlait même pas. Tout le monde l’adorait. Rien ne peut expliquer ce que cette femme a fait », ainsi s’exprimait une dame en pleure qui s’est présentée comme la mère du meilleur ami d’Aly.

« C’est un mensonge qu’elle raconte. On n’a jamais vu ni entendu qu’on tue pour guérir quelqu’un d’autres qui ne soit même pas de sa famille. Il faut qu’elle nous dise ses réelles motivations. Aly ne peut pas mourir pour rien »

Rappelons que le 27 décembre 2018, Aly  (garçon de quatre ans) et Elyn (fillette de deux ans et demi) les deux enfants d’un couple d’origine libanaise ont été empoisonnés par Mirielle, leur nounou. Plongés tous les deux dans le coma à la (PISAM), Elyn s’en sort, mais Aly mourra le 4 janvier 2019 d’un arrêt cardiaque.

A lire aussi : Fillette violée à Yopougon Azito : Le principal suspect libéré, l’enquête classée sans suite ?

Grâce à la caméra installée au domicile du couple , la nounou est arrêtée et interrogée par la police. Elle ne fera pas beaucoup de difficulté à dévoiler son plan. Elle aurait affirmé que sa mère malade, un charlatan lui avait demandé de sacrifier deux enfants afin de voir sa génitrice sur pied. Elle décide alors de choisir les deux enfants dont elle s’occupait.

Certains témoignages sur les lieux de la levée de corps s’inscrivent en faux contre ces allégations. « C’est un mensonge qu’elle raconte. On n’a jamais vu ni entendu qu’on tue pour guérir quelqu’un d’autres qui ne soit même pas de sa famille. Il faut qu’elle nous dise ses réelles motivations. Aly ne peut pas mourir pour rien », indiquait une jeune dame proche du défunt.

Notons que des gris-gris avaient été retrouvés dans les coins et recoins du domicile des Méroué après l’interrogation de la nounou.

Roxane Ouattara