Pascal Affi N'Guessan chez Jacques Ehouo

A l’instar de Guillaume Soro, le président du Front populaire ivoirien (FPI) Pascal Affi N’guessan, s’est rendu chez le député pour dit-il manifester sa détermination à se battre pour les libertés.

Nous sommes venus d’abord en tant que député témoigner notre solidarité à un confrère qui est agressé dans ses droits, dans sa dignité à travers les poursuites injustes et injustifiées orchestrées contre lui par le pouvoir, alors qu’il vient de remporter brillamment l’élection municipale.

Ce qui signifie que ce pouvoir n’a aucun respect pour la démocratie, aucun respect pour les électeurs, aucun respect pour le peuple de Côte d’Ivoire. Face à une telle situation qui peut advenir à n’importe quel député, aujourd’hui c’est Jacques Ehouo, on nous annonce que Lobognon aussi fait l’objet de poursuites judiciaires. Nous devons serrer les coudes, nous devons nous battre ensemble pour défendre ce droit que le peuple de Côte d’Ivoire nous donne de jouir de l’immunité parlementaire, c’est d’abord à ce titre que nous sommes là.

A lire aussi : Urgent / Soro chez Ehouo : « Il a le soutien du président de l’Assemblée nationale »

Mais ensuite pour le Front populaire ivoirien, un parti qui s’est toujours battu pour les libertés, pour la démocratie, et pour l’état de droit, nous ne pouvons pas assister à toutes les agressions contre les libertés, à toute cette dictature qui est en train de s’installer sur la Côte d’Ivoire sans réagir. Parce qu’au-delà de ce que vit Ehouo Jacques aujourd’hui, il y a toutes les décisions qui ont été prises ces derniers temps qui violent manifestement toutes les lois de la république y compris la constitution Ivoirienne qui tendent à installer une autocratie, et face cette à autocratie, nous devons nous serrer les coudes.

C’est pour cela que hier nous étions avec le président Bédié pour voir comment assez rapidement mettre en place une plateforme  afin de nous dresser contre cette dictature, et aujourd’hui, nous sommes avec Jacques Ehouo, pour manifester cette solidarité, cette disponibilité et cette détermination à nous battre pour la démocratie, pour les libertés et pour l’avenir de la Côte d’Ivoire.

Prince Beganssou