Alain Lobognon
Alain Lobognon

Suite aux accusations de détournement de fonds par son successeur, a porté plainte le lundi 31 décembre 2018 contre pour diffamation.

La justice ivoirienne est à l’épreuve de l’équité d’autant plus que le 1er juillet dernier, plusieurs plaintes ont été déposées contre X pour menace de mort sont restées sans suite jusqu’à présent. « Monsieur Fulbert Beugrefoh, maire domicilié à est invité à se présenter à la brigade de gendarmerie de , le 7 janvier 2019 à 10 heures. Motif plainte de monsieur Alain Lobognon pour diffamation », cette convocation est signée des mains du commandant de brigade, l’adjudant-chef Achille Kouassi, le lundi 31 décembre 2018.

En effet, l’ancien maire de la commune de Fresco, Alain Lobognon a annoncé, le lundi 31 décembre 2018, sur son compte Twitter qu’il a porté plainte contre son successeur, Fulbert Beugrefoh pour diffamation. «Arrivé à la ville de Fresco pour le passage de 2018 à 2019, j’en ai profité pour porter plainte contre mon successeur à la tête de la mairie. Mon conseil prendra le relais à Abidjan.», tweetait Alain Lobognon.

Notons que l’ex-maire de Fresco n’est pas à sa première tentative. « Des menaces de mort ont été proférées contre nos proches pour nous empêcher de faire acte de candidature à Fresco, et dans le Gbôklè. C’était le 30 juin 2018. Le même jour et le 1er juillet dernier, plusieurs plaintes ont été déposées contre X à Fresco, et à Abidjan », avant d’ajouter, « nous sommes à ce jour en attente d’une suite logique, d’autant plus que les auteurs de ces menaces de mort ont manqué de masquer leur numéro de téléphone ». La justice ivoirienne est donc à la croisée des chemins car les magistrats, ces juges chargés de dire le droit en rendant des décisions de justice sont aussi objet de plainte.

A lire aussi : Rébellion du 19 septembre 2002 : Alain Lobognon répond à André Silver Konan

Une fois de plus, elle est à l’épreuve de l’équité parce que souvent accusée de ne pas dire le droit. Fulbert Beugrefoh, le premier adjoint au maire de Lobognon dont il a été le chef de cabinet au ministère, avant d’être mis aux arrêts dans l’affaire des détournements de fonds des Éléphants footballeurs (puis libéré, sans jugement et de rallier le RHDP dont il fut finalement le candidat). Selon une source à Fresco, son propre petit frère, Jean-Paul Beugrefoh était le régisseur de la mairie, jusqu’à sa prise de fonction.

« Financer un projet fictif de dragage de notre lagune à 8 millions de francs CFA ! Est un détournement de fonds inacceptable. Faites profile bas ! ».

Précisons que l’ancien maire de la commune de Fresco, est accusé de détournement de fonds, par son successeur alors qu’il venait de tourner officiellement dos au , son parti d’origine. A en croire Fulbert Beugrefoh la mairie doit près de 3.861.150 francs CFA de factures impayées à la . Soit deux ans de consommation sans jamais honorer ces paiements. « Financer un projet fictif de dragage de notre lagune à 8 millions de francs CFA ! Est un détournement de fonds inacceptable. Faites profile bas ! ». « L’ancienne équipe nous a laissé une ardoise de plus de deux ans de factures impayées. L’État a fait sa part en allouant un budget de fonctionnement qui n’a jamais servi à payer la moindre facture depuis 2016 », faisait-il remarquer via son compte tweeter le mercredi 26 décembre 2018.

Un proche de Lobognon réfute en bloc toutes ces accusations et déclare que Fulbert Beugrefoh invente toutes ces histoires « pour exister au RHDP ou au RDR ». Ces accusations tombent opportunément au moment où l’ancien ministre-député a déclaré son adhésion au () dirigé par , un autre proche du président de l’Assemblée nationale, . Il y occupe le poste de vice-président chargé des questions parlementaires et électorales et devient également le porte-parole de ce parti créé en novembre 2017.

Karina Fofana