André Silver Konan : « La statue d’or de Nébucadnetsar, le RHDP et le début de la chute de Babylone »

André Silver Konan, journaliste-écrivain, analyste politique
André Silver Konan, journaliste-écrivain, analyste politique

C’est un récit de la qui sert de prémices à la chute de et qui semble d’une actualité frappante, en Côte d’Ivoire. La pression que mettent les dirigeants au pouvoir, sur les élus et les commis de l’Etat, ressemble à cet édit du roi de .

« Le roi Nébucadnetsar fit une statue d’or d’une hauteur de soixante coudées et d’une largeur de six coudées. Il la dressa dans la plaine de Dura, dans la province de Babylone. Et le roi Nébucadnetsar convoqua les satrapes, les chefs et les gouverneurs, les grands-juges, les trésoriers, les légistes, les juges et toutes les autorités des provinces pour qu’ils vinssent à la dédicace de la statue qu’avait dressée le roi Nébucadnetsar. Alors s’assemblèrent les satrapes, les chefs et les gouverneurs, les grands-juges, les trésoriers, les légistes, les juges et toutes les autorités des provinces, pour la dédicace de la statue que le roi Nébucadnetsar avait dressée ; et ils se tinrent devant la statue qu’avait dressée Nébucadnetsar.

Et le héraut cria d’une voix forte : On vous fait savoir à vous, peuples, nations et langues, qu’au moment où vous entendrez le son du cor, du fifre, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse et de toutes sortes d’instruments, vous aurez à vous prosterner pour adorer la statue d’or qu’a dressée le roi Nébucadnetsar. Et quiconque ne se prosternera pas pour adorer la statue d’or sera jeté à l’instant même dans la fournaise de feu ardent.

C’est pourquoi au moment même où tous les peuples entendirent le son du cor, du fifre, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion et de toutes sortes d’instruments, tous les peuples, nations et langues se prosternèrent, adorant la statue d’or qu’avait dressée le roi Nébucadnetsar. Là-dessus, au moment même, des hommes Chaldéens s’approchèrent pour dire du mal des Juifs.  Ils prirent la parole et dirent au roi Nébucadnetsar : Ô roi, vis à jamais.

Toi, ô roi, tu as rendu un édit portant que tout homme qui entendrait le son du cor, du fifre, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse et de toutes sortes d’instruments, eût à se prosterner pour adorer la statue d’or ; et que quiconque ne se prosternerait pas pour adorer serait jeté dans la fournaise de feu ardent. Or, il y a des hommes juifs que tu as préposés aux affaires de la province de Babylone, Sadrac, Mésac et Abed-Négo : ces hommes-là n’ont pas égard à toi, ô roi ; ils ne servent pas tes dieux et ils ne se prosternent point devant la statue d’or que tu as dressée.

A lire aussi. « Ouattara doit revenir à l’orthodoxie démocratique, s’il veut donner des chances au RHDP en 2020 » (Suite et fin)

Alors Nébucadnetsar, irrité et furieux, ordonna d’amener Sadrac, Mésac et Abed-Négo. Alors ces hommes furent amenés devant le roi.  Nébucadnetsar prit la parole et leur dit : C’est donc avec mépris, Sadrac, Mésac et Abed-Négo, que vous ne servez point mon dieu et que vous ne vous prosternez pas devant la statue d’or que j’ai dressée !  Maintenant si vous êtes prêts, au moment où vous entendrez le son du cor, du fifre, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse et de toutes sortes d’instruments, à vous prosterner pour adorer la statue que j’ai faite… Sinon, si vous n’adorez pas, vous serez jetés à l’instant même dans la fournaise de feu ardent, et quel est le dieu qui vous délivrera de mes mains ?

Sadrac, Mésac et Abed-Négo répondirent et dirent au roi : Nébucadnetsar, ce n’est pas à nous à te répondre sur ce point. Si vraiment notre Dieu, que nous servons, peut nous délivrer, il nous délivrera de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi ! Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux et que nous ne nous prosternerons pas devant la statue d’or que tu as dressée.

Alors Nébucadnetsar fut rempli de fureur et son visage fut changé envers Sadrac, Mésac et Abed-Négo. Il prit la parole et ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’on n’avait pensé de le faire ; et il commanda à quelques-uns des hommes forts de son armée, de lier Sadrac, Mésac et Abed-Négo et de les jeter dans la fournaise de feu ardent. Alors ces hommes, avec leurs tuniques, leurs robes, leurs manteaux et tous leurs vêtements, furent liés et jetés dans la fournaise de feu ardent » (Daniel 3).

La statue d’or et le

Ce récit ne vous fait pas penser à l’actualité ivoirienne ? Je vous prends un passage : « Après le 26 janvier (2019), si tu es ministre et que tu n’es pas RHDP, tu (…) »

La suite à lire en cliquant sur le lien ci-dessous

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici