Alassane Ouattara et Jacques Ehouo


L’affaire « Ehouo a détourné » me fait penser à l’affaire « Ouattara est étranger », estime l’analyste politique . Décryptrage.

L’affaire «  a détourné » me fait penser à l’affaire «  est étranger ». Je suis aujourd’hui, plus que surpris, de constater avec amertume, que le qui a été victime de ce genre d’ostracisme détestable, mêlant amalgame suspect et accusations grotesques, sans preuves irréfutables ; en soit là à perpétrer les mêmes pratiques nauséabondes.

Je m’explique. En 2010, suite au deuxième tour de la présidentielle, on entendait des gens dire : « On ne peut pas laisser ce pays à un étranger ». Et ma position était : étranger ou non, les électeurs ont tranché, il faut respecter le suffrage du peuple. Il en est de même aujourd’hui dans l’affaire Ehouo. Le fait qu’il soit soupçonné de malversations (vraies ou fausses) est une chose, et le fait qu’il ait proprement battu Fabrice Sawegnon, candidat du RHDP et préféré du Président, est une autre. Ce sont deux choses différentes, l’une ne saurait expliquer l’autre.

A lire aussi. André Silver Konan : « La statue d’or de Nébucadnetsar, le RHDP et le début de la chute de Babylone »

Au demeurant, personne jusque-là, ni le préfet Vincent Toh Bi, ni le maire intérimaire sortant qui a préféré porter sa plainte contre X, ni le procureur Richard Adou, n’a jusque-là expliqué que le refus d’installation du conseil municipal élu du Plateau, était dû à la plainte contre X de Jacques Yapi, Même le ministre de l’Intérieur n’ose le dire, lui qui cite « la réglementation en vigueur », sans être capable, pour le respect de ses compatriotes, d’avancer le moindre texte.

En clair hier, certains ont proclamé qu’ils ne sauraient confier ce pays à un étranger, sans que personne ne revendique officiellement cette raison. Aujourd’hui, personne au sein du pouvoir, ne peut et ne veut revendiquer officiellement la raison du « prisonnier en sursis » (l’expression n’est pas de moi), pour expliquer le refus de respecter le suffrage du peuple du Plateau.

Je répète : le RDR-RHDP ne peut pas refuser d’installer un conseil municipal élu, sur la base de ses propres présomptions ou simplement parce qu’il n’aime pas un individu au sein de ce conseil. Si vous ne savez pas ce que c’est que l’autocratie, voyez simplement ce qui se passe au Plateau. Parce que les dirigeants du RDR-RHDP continuent d’appliquer aux autres ce qu’ils ont eux-mêmes subi ou prétendu subir, personne ne méritait vraiment de se sacrifier pour ces gens-là et personne ne mérite aujourd’hui ou demain, de se sacrifier encore pour eux.

Je répète : des gens qui appliquent aujourd’hui, sans honte ni gêne, ni principes, aux autres (et même font pire) ce qu’ils prétendaient combattre hier, ne méritent plus aujourd’hui et demain, ni votre sang, ni vos larmes. Ils ne le méritent plus. Ils ne l’ont jamais mérité du reste !

André Silver Konan