Grève des élèves à Becofin, ils ont coupé la route Abengourou-Adzopé

Le Collectif des parents d’élèves et d’étudiants () s’est prononcé face à la grève générale lancée par l’ensemble des syndicats de l’enseignement primaires et secondaires depuis près de 2 mois. Ci-dessous Ivoiresoir.net vous la déclaration du collectif des parents d’élèves.

Le (COPEECI) suit, à l’instar de la nation entière, avec beaucoup d’intérêt, la grève générale lancée par l’ensemble des syndicats de l’enseignement primaires et secondaires de notre pays.

Face à cette situation, le Gouvernement Ivoirien, en dépit de la l’acte légitime posé par les enseignants, refuse de trouver des solutions adéquates par voie de dialogue ; et opte pour la force en les emprisonnant, bloquant ou gelant leurs salaires et comptes bancaires. Pire, certains de nos enfants sont emprisonnés pour avoir demandé la reprise des cours.Aussi, l’entêtement du gouvernement de vouloir plier les enseignants l’a conduit à annoncer le recrutement de nouveaux enseignants pour relayer les enseignants grévistes.

A lire aussi : Katiola : Un bâtiment du Lycée moderne part en fumée, en pleine grève des enseignants

Au vu de cela, nous parents d’élèves de toutes les couches sociales ivoiriennes réunis au sein du COPEECI :

  • Condamnons toute velléité de bras de fer du gouvernement visant à empirer la situation ;
  • Dénonçons toute forme de violence constatée ces dernières semaines dans le milieu scolaire ;
  • Demandons la libération immédiate de nos enfants jusque-là maintenant injustement derrière les barreaux ;
  • Invitons le gouvernement à mettre fin à cette opération de recrutement de nouveaux enseignants. Car un individu qui détient le savoir mais qui manque de pédagogie est un danger de plus pour l’avenir de nos enfants.
  • Invitons le gouvernement à reprendre efficacement les négociations avec tous les syndicats des enseignants de Cote d’Ivoire afin qu’une solution définitive soit trouvée ;
  • Invitions le président de la République, SEM , à recevoir les enseignants de Cote d’Ivoire comme ce fut le cas pour les mutins (qui manifestaient à la Kalshnikov en Janvier 2017) afin qu’une solution soit trouvée ;
  • Invitons, les enseignants et leurs syndicats respectifs à ne pas durcir leurs revendications car toute action doit concourir à garantir l’avenir des enfants de ce pays ;

Nous restons à l‘écoute des autorités pour toutes discussions pouvant contribuer à garantir la tranquillité et la paix dans nos établissements.

Fait à Abidjan le 19 Mars 2019
Pour le COPEECI, le Président Martial Adjolain