L’attaque de à a eu lieu aux environs de 11 heures du matin le mercredi 25 avril 2018 par des soldats de l’armée guinéenne à la frontière entre la Côte d’Ivoire et la .

Le village de Dreupieu dans le département de Danané fait l’objet d’un litige foncier entre la Côte d’Ivoire et la Guinée. Ce conflit a pris de l’ampleur le mercredi 25 avril 2017, avec la prise en otage de plusieurs Ivoiriens par des soldats guinéens.

Lire aussiAttaques contre les symboles de l’État : Résultat du « clientélisme » et du « sectarisme »

Un litige qui dure depuis plusieurs années

« Nous sommes en lien avec les autorités guinéennes et l’ pour trouver une solution dans les meilleurs délais. La situation va être réglée », a confié Karim Diarra, . Il a expliqué que ce litige entre les deux pays perdure depuis plusieurs années à cause de l’absence de matérialisation de la frontière.

Lire aussiUne dizaine de blessés dans un conflit communautaire à Diégonéfla

Dreupieu est situé dans la sous-préfecture de

Le campement qui est situé dans la sous-préfecture de Danleu en paye aujourd’hui le prix. « On a des populations qui s’installent sur les forêts et après, ces forêts sont revendiquées par les communautés voisines et cela crée des problèmes. Nous sommes en train de réunir suffisamment d’informations et saisir la hiérarchie. Le problème essentiel à résoudre, c’est la délimitation de la frontière », a relevé Karim Diarra.

Le préfet Karim Diarra et des éléments des FACI, en poste à Danané
Le préfet Karim Diarra et des éléments des FACI, en poste à Danané

Lire aussiBloléquin : Des domiciles de gendarmes saccagés, le gouvernement met en garde

Le chef de terre pris en otage dans l’attaque de Dreupieu

Selon les informations reçues, c’est aux environs de 11 heures du matin le mercredi 25 avril dernier, que des soldats de l’armée guinéenne ont débarqué dans le village. Après plusieurs heures de siège, ces soldats ont pris en otage le chef de terre, le chef de village, le directeur de l’école primaire et le président des jeunes. Ils les ont conduits sur le territoire guinéen dans la ville de , avant de les relâcher des jours après, suite à des négociations.

Elvire Ahonon

Des mercenaires burkinabé pro-Ouattara menacent à Ouaga (Observateur Paalga)