Les avocats français  et , commis par le PDCI, ont été reçus par Henri Konan Bédié, le jeudi 1er novembre 2018. Ils ont organisé un point de presse au siège du PDCI et dénoncé l’implication d’institutions de l’Etat, dans des cas de fraudes. Extrait.

« Si le PDCI-RDA a estimé utile d’avoir recours  à des avocats extérieurs à la Côte d’Ivoire, notamment à des avocats français, c’est parce que le contentieux électoral et la judiciarisation de ce contentieux concernent un  débat démocratique qui sera tranché par des juges dans des conditions où certains éléments peuvent laisser croire que des institutions de l’Etat ont pu prêter la main à des actes de fraudes.

A lire aussi. La Lettre du Continent dément la plainte de Ouattara et parle de « fake news » présidentiel

Cela  laisse donc à penser qu’il faut impérativement et obligatoirement qu’un regard extérieur puisse être apporté  et ajouté à ce contentieux pour faire en sorte que la communauté internationale puisse être effectivement là, présente  et que le système judiciaire fonctionne  de manière impartiale, objective selon le droit et rien que le droit.

C’est la raison pour laquelle nous sommes ici pour accompagner nos confrères, pour les aider et faire en sorte que ce contentieux qui est certes un contentieux ivoirien, mais qui touche à un processus démocratique c’est-à-dire au fondement d’un Etat démocratique puisse être réalisé sous le regard international  car la communauté internationale s’intéresse beaucoup au processus démocratique et également la France comme vous l’imaginez.

C’est vrai que des recours ont été introduits par le PDCI et d’autres introduits  par d’autres mouvements  politiques. Nous pouvons donc  répondre à ces différents mémoires et c’est pourquoi que nous sommes là aussi à la disposition de nos confrères pour les aider à rédiger ces différents mémoires s’ils le souhaitent. Et à compiler autant de preuves qu’il est possible  d’apporter aux juridictions ivoiriennes.

Et elles sont confondantes, ces preuves. Donc nous voulons être sûrs qu’elles sont  aussi fortes  que possible, pour être sûrs qu’à chaque fois, la victoire soit rendue au PDCI-RDA. Donc il y a un travail juridique très précis que nous allons pouvoir faire à leur côté comme nous le faisons dans plusieurs affaires auprès d’autres confrères dans d’autres circonstances africaines.

Prince Beganssou

André Silver Konan : « Nous sommes à une étape cruciale de clarification des positions politiques »