Claudy Siar : « l’histoire de l’esclavage doit être enseignée par les victimes, c’est-à-dire par les Africains »

L’animateur pense que l’Afrique ne fait pas assez pour la mémoire de l’. Ce n’est pas aux autres de raconter l’histoire de l’Afrique, croit-il.

10 mai 2019, la France commémore les abolitions de la et de l’esclavage. 10 mai 2019, l’Afrique ne rend toujours pas hommage aux millions d’Africains déportés pour être esclaves du monde arabe, de l’océan Indien, des Caraïbes et des Amériques.


« Qui peut imaginer que Israël ne rende pas hommage aux victimes de la ShoaH et qu’il n’y ait que l’Allemagne qui instaure une journée de recueillement à la mémoire des victimes de la barbarie nazie ? »

Claudy Siar

Comment expliquer cela ? Sur un Continent où le culte des ancêtres est indissociable de toute tradition comment expliquer que ce culte des ancêtres soit accordé à certains et refuser à d’autres ?


« Nous sommes tous responsables »

Qui peut imaginer que Israël ne rende pas hommage aux victimes de la Shoah et qu’il n’y ait que l’Allemagne qui instaure une journée de recueillement à la mémoire des victimes de la barbarie nazie ? Personne ne peut imaginer évidemment.

A LIRE AUSSI : Projet de loi sur la filiation en Côte d’Ivoire: « Un Etat doit-il légaliser la débauche sexuelle ? », se demande Hanny Tchelley

Et pourtant, c’est bien ce que l’Afrique fait aujourd’hui. Alors, il n’est plus temps de jeter l’opprobre sur qui que ce soit, en disant c’est de la faute d’un tel ou d’un tel. Nous sommes tous responsables de cette situation et c’est ensemble que nous allons changer les choses. Là est le chemin de notre dignité. Toutes les reconnaissances du monde, ne pourront jamais remplacer la reconnaissance d’une mère, Mama Africa.


« Nous sommes tous responsables de cette situation et c’est ensemble que nous allons changer les choses. Là est le chemin de notre dignité. »

Claudy Siar

Si l’Afrique ne reconnaît pas tous ses enfants qui ont été suppliciés dans les fers de l’esclavage, les Afro-Américains, les Afro-Caribéens, les Afros de l’Océan Indien, les Afros du monde arabe et bien tous resteront encore et encore des orphelins.


Une journée africaine à la mémoire des Africains déportés

Et puis, il faut enseigner cette histoire. Il est temps que l’Afrique se saisisse de l’histoire des traites négrières et de l’esclavage et raconte l’histoire, l’enseigne aux enfants. Pas dans un esprit de revanche, de créer de la rancœur. Non, juste en disant que c’est un pan de l’histoire de l’humanité.

Et doit être enseigné par les victimes également et surtout par les victimes. Alors, comme je le fais depuis 21 ans, je vais prendre à nouveau mon courage et ma détermination pour aller à la rencontre des uns et des autres afin d’obtenir des instances africaines que soit institué cette journée officielle africaine et internationale à la mémoire des millions d’Africains déportés pour être esclaves sur des terres étrangères.

S’unir pour bâtir, c’est grandir ensemble.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici