dirigé par a été récemment reçu en audience par le ministre ivoirien de la Construction et de l’urbanisme, .

Le directeur général de cette structure spécialisée dans le  financement des logements économiques et sociaux a échangé avec le ministre Koné Bruno pour évaluer les perspectives pouvant permettre à la Côte d’Ivoire de réduire le déficit en logements. À la sortie de cet entretien avec le ministre Bruno Koné à son cabinet de la Tour D, 26è étage, le DG de Shelter Afrique a indiqué  sa préoccupation relative au  faible taux de l’offre de logement.

A lire aussi : Financement de logements de qualité : Des experts africains à Abidjan pour le Filoses 2018

« Le déficit de logement en Côte d’Ivoire est estimé à 600000 unités par le centre pour le financement abordable en Afrique (ce déficit était estimé à 400 000 en 2012, NDLR). Ceci représente une demande importante du fait que pour la ville d’Abidjan seule, la demande annuelle de logements est estimée à 200 000 unités face à  une capacité d’offre à 3300 logements. 68 % des Ivoiriens sont des locataires pour une population de 25 millions d’habitants. » Ceci indique, selon le DG de Shelter, que la Côte d’Ivoire est l’un des marchés les plus développés en matière de logements dans la sous région de l’Afrique de l’Ouest.

Promesses de campagne

Notons que Shelter Afrique est une institution panafricaine de financement et du développement de l’habitat dont le siège est à Nairobi. Cette structure a décidé de baser son principal bureau régional à Abidjan pour couvrir les larges besoins de financement de l’habitat des pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale. Notons que la présence de Shelter Afrique permet à la Côte d’Ivoire d’obtenir en outre un niveau élevé de l’enveloppe annuelle de financement allouée. Elle était à 128 millions de dollars depuis 2015.

Le programme des logements sociaux, l’une des principales promesses de campagne du  président Alassane Ouattara, est un échec en Côte d’Ivoire. Le président Ouattara avait promis construire au moins 60 000 logements sociaux par an. Non seulement, le nombre de maisons construites depuis son accession au pouvoir, en 2011 est en déça des attente, mais les logements proposés au grand public, sont loin d’être sociaux.

Elvire Ahonon avec Sercom

Devoir de mémoire / Quand Ouattara promettait des maisons de « 25 000 FCFA par mois, pendant 25 ans »