vous propose de larges propos d’une conférence d’ animée en 2006, alors qu’il était opposant et président. Devoir de mémoire. Il était alors accusé de financer la rébellion, après une vidéo de Zakaria Koné, déclarant à Vavoua, que la rébellion avait été faite pour lui. Des propos qui résonnent aujourd’hui, alors que le RDR est au pouvoir et est accusé d’autocratie.

Vous savez, c’est très facile de faire de la manipulation quand on est au pouvoir. Quand on confisque les média d’Etat, quand on empêche les autres de s’exprimer, quand on les accuse de tout et de rien, sans preuve. On fait des manifestations depuis trois ans et demi, bientôt quatre ans jusqu’aujourd’hui, on n’a apporté aucune preuve d’aucune sorte. Et on continue de mettre cela dans la tête des gens.

Alors moi je vous dirai, j’en ai marre d’être accusé gratuitement. La Côte d’Ivoire mérite mieux que cela. Ce pays a une justice (…). Mais c’est trop facile. On prend la télé et on accuse qui on veut sans preuve aucune. Et ma carrière l’a démontrée, je ne suis pas un putschiste, je ne suis pas un violent, je n’ai tué personne, arrêtez d’accuser les gens, de faire les amalgames ça ne marche pas.

Si vous avez des preuves, apportez-les. Toujours les manipulations. J’entends quand j’étais à Paris quand on a dit qu’il y a une cassette qui dit qu’Alassane Ouattara a donné de l’argent à la rébellion par des gens que je ne connais même pas. Un certain Koné Zakaria que je n’ai jamais vu. Je ne lui ai jamais parlé avant le 19 septembre (2002). Et tout d’un coup, on dit que c’est moi qui ai donné de l’argent à la rébellion. Je crois que ça suffit.

A lire aussi : Grave accusation de Gbagbo dans son livre : « Les Ouattara, ce n’est pas un couple, c’est une entreprise »

Désolé d’avoir élevé le ton c’est pas dans mes habitudes. Certaines choses qu’on dit, n’a rien à voir avec la vérité, c’est toujours la même chose. On prive Alassane Ouattara de parole, les autres ont confisqué la télévision. Je suis vraiment surpris de la désinformation (…). Je ne suis pas un idiot. Pensez-vous sincèrement que je vais organiser un coup d’Etat le 19 septembre 2002, et je vais tranquillement m’asseoir dans ma résidence ? Déjeuner avec ma femme et mes enfants ? Et qu’on vienne me prendre comme un idiot ?

Tout de même. Le mensonge a ses limites. Si Alassane Ouattara avait organisé le coup d’Etat du 19 septembre 2002, vous croyiez que je serais chez moi ? Et qu’on a envoyé des gens pour m’assassiner ? Que j’ai entendu à la radio et j’ai été informé au téléphone de l’assassinat du Général Guéi, à qui certains avaient parlé à sa femme deux heures avant ?

Mais malgré cela, je suis resté chez moi parce que je n’avais aucune crainte, parce que je ne me reprochais rien, parce que je n’avais rien fait. Et voilà que quelques heures après, un escadron arrive devant mon portail et heureusement nous avons pu nous rendre à l’ambassade d’Allemagne. Alors je crois que les honnêtes citoyens comprendront qu’on ne peut pas organiser un coup d’Etat, organiser une rébellion, s’asseoir chez soi et se faire assassiner.

Retranscrit par Prince Beganssou