Jacques Ehouo, maire élu du Plateau, non installé, le 2 janvier 2019 à Abidjan

, le député élu à la tête du conseil municipal du a reçu des amis le mercredi 9 janvier 2019, à la veille de son audition à la police économique. Il leur a fait savoir qu’il n’est pas ébranlé par ce qui lui arrive.

Depuis le début de l’affaire, Jacques Ehouo ne cesse de recevoir le soutien de ses amis et connaissances. Le mercredi 9 janvier dans la soirée, il a reçu la visite d’un groupe d’amis qui tenait à s’enquérir de ses nouvelles. D’un air décontracté avec un ton ironique, il a fait savoir : « nous sommes encore en campagne ».

« Je suis donc dans une prison à ciel ouvert »

Avant de s’expliquer : « cela fait deux jours que je ne suis pas encore arrivé à la commune (NDLR : le Plateau) mais cela fait plaisir de vous voir ». Revenant sur les raisons de sa retraite en lieu secret, le député élu à la tête du conseil municipal du Plateau dit ceci : « pour des raisons de sécurité que vous savez, j’ai des difficultés de déplacement ». « Je suis donc dans une prison à ciel ouvert », révèle-t-il avec ironie. « Si on doit passer par là, on passera par-là », fait-il savoir. « Là où on doit aller, si c’est notre karma on va y aller », s’est engagé Jacques Ehouo. « Donc il faut continuer à tenir », a-t-il exhorté.

A lire aussi : Plateau : Confusion autour du sort de Jacques Ehouo

A l’en croire, « j’ai demandé à nos mamans qui sont venues me soutenir d’être fortes », et de faire cette assurance, « si c’est à mon niveau, c’est normal que de temps en temps ce soit difficile mais ça va en général ». Soulignons que le domicile abidjanais du député-maire non installé Jacques Ehouo a été fouillé de fond en comble par trois policiers le mercredi 9 janvier 2019 alors que le parquet avait assuré dans la matinée n’avoir pas émis de mandat contre lui.

« j’ai demandé à nos mamans qui sont venues me soutenir d’être fortes »

Ils étaient à la recherche du député du Plateau, élu à la tête du conseil municipal du Plateau. Ils sont repartis en laissant une deuxième convocation signée du directeur de la police économique, au maître des lieux. Ce dernier a répondu à la convocation, hier jeudi.

Karina Fofana