Lors d’un forum mondial sur les médicaments à Johannesburg, en , les représentants de gouvernements et d’organisations de la société civile ont appelé ce weekend à une plus grande transparence des coûts de recherche et développement ainsi que de la production de médicaments, afin de permettre aux acheteurs de négocier des prix plus abordables.

Le forum, co-organisé par l’ () et le gouvernement sud-africain, visait à fournir une plate-forme mondiale pour des discussions franches entre toutes les parties prenantes – y compris les gouvernements, les organisations de la société civile et l’industrie pharmaceutique – afin d’identifier des stratégies pour réduire les prix des médicaments et élargir l’accès pour tous, a précisé l’ dans un communiqué publié samedi.

La question des prix abordables pour les médicaments préoccupe depuis longtemps les pays en développement, mais c’est aussi aujourd’hui une préoccupation mondiale.Chaque année, 100 millions de personnes sombrent dans la pauvreté car elles doivent payer elles-mêmes les médicaments. Les autorités sanitaires des pays à revenu élevé sont de plus en plus obligées de rationner leurs médicaments contre le cancer, l’hépatite C et des maladies rares.

A lire aussi : « Privatisation » des CHU : Le ministère de la Santé clarifie sans convaincre

Le problème s’étend aux médicaments plus anciens dont les brevets ont expiré, tels que l’insuline pour le diabète. »L’innovation médicale a peu de valeur sociale si la plupart des gens ne peuvent pas en bénéficier », a déclaré le Dr Mariangela Simao, sous-directrice générale de l’OMS pour les médicaments et les produits de santé. « C’est un problème mondial en matière de droits de l’Homme : tout le monde a le droit d’avoir accès à des soins de santé de qualité ».

Un rapport commandé par l’OMS en 2017 a montré que le coût de production de la plupart des médicaments figurant sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS ne représentait qu’une petite fraction du prix final payé par les gouvernements, les patients ou les régimes d’assurance.

Certains délégués au forum ont noté que le manque de transparence sur les prix payés par les gouvernements signifiait que de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire payaient des prix plus élevés pour certains médicaments que les pays plus riches.Il y a eu un consensus sur le fait que les pays peuvent faire un premier pas vers une plus grande transparence en partageant les informations sur les prix.