Gbagbo parle aux funérailles de Dadié : « Je tiens fermement le flambeau que tu m’as donné »

La direction du FPI a rendu un hommage politique à Bernard Dadié le mercredi 3 avril 2019 à la résidence du couple Gbagbo à la Riviera Golf.

La direction du conduite par et a rendu un hommage politique à , figure forte de la littérature ivoirienne, résistant politique. La cérémonie a eu lieu le mercredi 3 avril 2019 à la résidence privée du couple Gbagbo sise à la Riviera Golf. Gbagbo parle aux funérailles de Dadié.

Dans le cadre des obsèques de l’écrivain Bernard Binlin Dadié décédé le 9 mars 2019, le FPI a rendu un vibrant hommage au défunt le 3 avril à la Riviera Golf. Le témoignage de l’ex-président a été lu par le Pr Danon Djédjé. « A toi, mon très cher doyen, Très peu de personnes ont accès à la plénitude de la bénédiction divine. Celle-ci ne s’ouvre qu’aux hommes et aux femmes qui ont quelque chose de particulier à apporter à l’humanité pour son progrès vers la perfection.

Ils deviennent patrimoine commun de l’humanité et leurs âmes entrent, de ce fait, dans l’infinitude qui leur confère l’éternité. A la lumière de ton œuvre, à la fois immense et multidimensionnelle, mon très cher Bernard Dadié, tu as accédé au statut de ces hommes d’exception. Homme aux multiples talents et aux convictions incorruptibles, tu as tout donné à ta patrie et à ton continent afin de les sortir des chaines de la domination infâme », a conté Gbagbo.

« Les nombreux prix qui t’ont été décernés au niveau mondial, pour récompenser la qualité de tes œuvres littéraires, témoignent pour toi dans la chaine des générations. Or la qualité de tes œuvres littéraires exprime l’intégrité de ton engagement politique construit sur le socle inébranlable de ta soif pour la liberté. Au nom de la liberté, en tant que valeur universelle à tous les peuples, tu t’es engagé dans la lutte pour la naissance de notre nation dès ton jeune âge », a-t-il témoigné.

« A titre personnel, je te sais infiniment gré de l’amitié dont tu m’as honoré et qui s’est exprimée par ton soutien à mon endroit quand, à peine parvenu au pouvoir, après des décennies de lutte pacifique, des forces réactionnaires et violentes se sont liguées contre moi et mon gouvernement pour barrer notre chemin vers la liberté de nos peuples. En effet, il ne t’a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que lesdites forces sont les mêmes que toi et tous nos illustres devanciers, aviez combattues naguère », s’est souvenu Gbagbo.

A lire aussi : Mort de Bernard Dadié : Gbagbo « s’incline et salue avec respect l’illustre disparu »

A l’en croire, « au moment où tu entres dans le repos éternel, je voudrais t’assurer, très cher doyen, de ce que je tiens fermement le flambeau que tu m’as donné en octobre 2010 comme le serment de la poursuite inlassable de notre quête de liberté et de l’incorruptibilité de nos convictions ».

L’hommage de Simone Ehivet Gbagbo au nom du Front populaire ivoirien et du CNRD a été lu par Hubert Oulaye. « Vers la fin de sa vie, l’homme émérite, ce n’est un secret pour personne, a rejoint nos rangs, sans être militant de notre parti, mais en prenant parti pour le président Laurent Gbagbo, lorsque ce dernier a été lâchement et anachroniquement attaqué par les forces impérialistes et néocoloniales occidentales. « Sacrilège ! » avait-on crié à Paris et dans certains milieux de gens se disant « bien-pensants » », a-t-elle observé.

« Célébrer cet illustre homme, c’est-à-dire le fêter, voire l’exalter, d’abord pour ce qu’il a eu la grâce de vivre plus de 100 ans au milieu de nous, mais aussi pour ce qu’il a été, ce qu’il a fait, et ce qu’il laisse comme héritage au Front populaire ivoirien, à la grande famille de la gauche et des progressistes ivoiriens et surtout à tous les Ivoiriens des générations actuelles et à venir qui se sont engagés dans la lutte pour la « nouvelle Côte d’Ivoire » et pour sa souveraineté. Oui, mille fois Oui, cet homme est digne de notre éloge », a assuré l’ex-première dame. Notons que la cérémonie a été émaillée par des lectures, et la danse traditionnelle Abodan du Sanwi et Ahossy de Kimokro.

Karina Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici