Refoulés à la porte de la salle d’audience du palais de justice du Plateau, les députés refoulés du procès Lobognon ouvert cet après-midi du 29 janvier 2019, se sont exprimés, à travers leur porte-parole . Ci-dessous la déclaration.

Ils nous ont empêchés d’entrer dans la salle, alors que le procès est suffisamment public. Nous voudrions donc exprimer notre consternation, notre colère, en tout cas notre indignation de ce que des députés de la nation, nous ses collègues sans distinction de parti politique, soient empêchés d’assister au procès.

C’est la démocratie qui est assassinée, bafouée. Nous voudrions donc exprimer notre colère face à cet état de fait. Et dire que nous sommes des députés. Il faut apprendre à respecter l’immunité du député. L’immunité parlementaire, ce n’est pas quelque chose qui doit être quémandée. C’est quelque chose qui est inscrit dans la constitution de la république de la Côte d’Ivoire.

Recueillis par Elvire Ahonon