démissionne de l’assemblée nationale. Il a lui-même annoncé la nouvelle, ce vendredi 8 février 2019, de son poste de président de l’assemblée nationale. Extrait de discours.

Je voudrais vous faire connaître avec précision, l’information ci-après. Mesdames et messieurs les députés, chers collègues, l’heure a sonné. En effet, le président de la République SEM et moi-même, avons convenu de la présente session.

Quand il est l’heure, il n’est point besoin de longs discours. Permettez-moi d’exprimer mon bonheur et ma joie lors de mes deux premières législatures.

« Refuser de démissionner conduirait à une crise institutionnelle… l’on ne peut prendre le risque de mettre en péril la paix fragile »

J’ai eu plusieurs rencontres avec le Président de la République, les 4, 5 et 24 janvier. Il a été question de mon positionnement idéologique par rapport au … Après réflexion, j’ai pris ma décision. J’ai choisi de ne pas m’engager au sein du Unifié.

« Grave erreur, grave faute », ont déclaré certains de mes confrères. Je suis homme à croire plus au jugement de l’histoire qu’au jugement des hommes.

A lire aussi : Soro candidat de Bédié en 2020 ? « Ils disent que jamais les Baoulés ne vont voter pour moi… » (Soro depuis Ferké)

Ce n’est pas de la défiance, mais un désir d’harmonie avec mes valeurs et ma conscience.

J’étais face à un dilemme : trahir mes convictions, donc sauver un poste confortable ou rendre ma démission de mes fonctions et pouvoir me regarder dans une glace. Refuser de démissionner conduirait à une crise institutionnelle… l’on ne peut prendre le risque de mettre en péril la paix fragile.

Elvire Ahonon