La direction de l’Institut national de formation des agents de santé () d’Abidjan-Treichville à travers une note d’information exige aux étudiants de la 26ème promotion de payer une cotisation de 5 000 FCFA par étudiant sous peine de voir son diplôme retiré.

Cette pratique qui ne semble pas nouvelle frise à un rançonnement. « En prélude à l’organisation de la cérémonie de prestation de serment, de passation de flambeau et de remise de diplôme de la 26ème promotion de l’infas Abidjan, une cotisation de 5 000 F par étudiant est requise pour une meilleure organisation. Les sages-femmes : chez Boka Cecile ; les IDE : chez monsieur Abo Krou ; les TSS : chez monsieur Gogbé Zibo. La date limite des paiements est prévue pour le vendredi 31 janvier 2019, délai de rigueur. NB : Tout étudiant qui n’aura pas payé sa cotisation ne pourra pas prêter serment, par conséquent ne sera pas apte à retirer son diplôme », indique une note d’information de l’Institut national de formation des agents de santé (Infas) d’Abidjan-Treichville en date du 7 janvier 2019.

Cette note est signée des mains d’, sous-directrice par ordre de la Directrice générale de l’Infas, le Pr . Cette pratique courante qui n’est pas nouvelle, doit cesser, parce qu’elle ressemble à de escroquerie pour plusieurs raisons.

A lire aussi : Côte d’Ivoire, achat de places aux concours : Ce curieux aveu de Ouattara qui trahit son manque de volonté

D’abord cela n’est pas réglementaire que l’administration lève des cotisations autres que les frais officiels, ensuite, la remise de diplômes est une activité normale de l’école, prise en compte dans le budget de l’école et supportée, entre autres, par les frais d’inscription des étudiants. Si cette cérémonie est obligatoire dans le programme de formation, elle est logiquement prévue dans le budget de l’institut.

Rappelons que le lundi 8 janvier dernier à l’esplanade dudit établissement, au cours du premier salut aux couleurs de l’année le Pr .Méliane N’Dhatz Ebagnitchié épouse Sanogo, exigeant « l’excellence », disait ceci : « l’Infas doit se dévêtir de son ancien habit, pour adopter des pratiques nouvelles. Qui passent par un changement de comportement, la culture de l’excellence au quotidien, qu’il soit personnel administratif, enseignant ou étudiant ».

Karina Fofana