Traoré Mariam et Adou Richard

Déclaration d’Innocent Yao, président de la jeunesse rurale du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (JPDCI-Rurale) suite aux injures publiques contre Sita Coulibaly (UFPDCI) de la part du député de Tengréla, Traoré Mariame. 

Excellence Monsieur le président de la République de Côte d’Ivoire, Monsieur Alassane Ouattara;
Monsieur le Garde des sceaux, Ministre de la Justice et des droits de l’homme de Côte d’Ivoire, Monsieur Sansan Kanbile
Monsieur le Procureur de la république de Côte d’Ivoire, Monsieur Adou Richard

Ce matin nous nous sommes réveillés avec une vidéo qui fait le tour du monde sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’une vidéo de madame le député de Tengréla, Traoré Mariam. Dans cette vidéo, elle s’est attaquée à Madame l’ingénieur Sita Coulibaly, présidente nationale de l’UFPDCI URBAINE. Nous ne comprenons pas tous la langue malinké, mais elle a jugé bon de tenir ces propos aussi en Français. 

Nous avons pu voir, avec certains de nos collaborateurs les propos qu’ils nous ont traduits en français. Eh là, nous voyons que les propos tenus par le député Traoré Mariam sont d’une très grande gravité. 
Je ne parle pas en tant que Innocent Yao, président national de la JPDCI RURALE.

A lire aussi : CPI : Gbagbo et Blé Goudé ont quitté la prison, ils dormiront dans un hôtel tenu secret

Mais je parle en tant qu’un jeune, sorti des entrailles d’une femme et qui a une considération énorme pour la femme.Oui surtout lorsque cette maman atteint le troisième âge et qui a des enfants qui ont dû voir cette vidéo et les propos tenus à l’endroit de leur maman ( que de douleurs).

Et chez nous en Côte d’Ivoire, cela compte vraiment dans notre éducation de base.
C’est une honte pour la Côte d’Ivoire 
C’est une honte pour la République 
C’est une honte pour l’hémicycle 
C’est une honte pour la femme ivoirienne et pour toutes les femmes du monde entier. Monsieur le président de la République Alassane Ouattara, cette dame, pour calmer les ardeurs des Ivoiriens et faire honneur à notre pays la Côte d’Ivoire, doit répondre de ses actes devant la Justice. 

De nos jours, nous ne savons pas réellement la définition du terme flagrant délit et ses éléments constitutifs. Mais je pense, à mon humble avis qu’elle doit être entendue. C’est à ce prix, Monsieur le président de la République, que tous les ivoiriens et ivoiriennes, dans leur grande majorité accorderons encore du crédit à notre pays. Monsieur le Ministre de la Justice, Monsieur Sansan Kambile.

Monsieur le Procureur de la République, monsieur Adou Richard, les yeux des ivoiriens sont tournés vers vous. En tout cas, nous attendons une suite judiciaire de ces propos pour la dignité et l’honneur de la femme. Merci et à lundi.

Innocent Yao