« Il y a des faits qui sont de nature à semer la confusion dans la conscience collective », Innocent Gnelbin, Président 2IDé nous explique pourquoi dans ce décryptage sur sur la bonne gouvernance en Côte d’ivoire

Il y a des faits qui sont de nature à semer la confusion dans la conscience collective.
En 2016, le chocolatier a installé à une usine de transformation avec une capacité de production de 10 000 tonnes par an.

Producteur de cacao et de chocolat

Cette usine à demandé près de 3.9 milliards de nos francs. Cette installation emploie une centaine de salariés et crée des centaines d’emplois indirects. Elle contribue par les impôts aux recettes publiques.

Cette initiative d’entrepreneurs français a été saluée par le Président de la REPUBLIQUE. Qui a alors indiqué que « la Côte d’Ivoire en tant que premier producteur de cacao au monde, a pour ambition d’être le premier producteur mondial de chocolat ».
Notre exécutif a donc une excellente conscience de ce qu’avec 3 milliards, l’on peut développer ces chaines de production à même de booster l’emploi et la croissance.

Valeur ajoutée sociétale et économique du Sénat en Côte d’Ivoire

Le 24 mars 2018, les premiers sénateurs de l’Histoire de la Cote d’Ivoire, sont élus. Ils vont siéger comme seconde chambre d’un parlement dont la première chambre a déjà bien du mal à relever les défis démocratiques et de bonne gouvernance à elle soumis.
Quelle est la valeur ajoutée sociétale et/ou économique du Sénat dans un pays où les défis essentiels sont d’ordre démocratique et social? Un tiers des membres du Sénat seront nommés après les deux tiers élus dans une volonté manifeste d’écarter toute forme d’opposition. Notre Sénat est donc la volonté de renforcer un pouvoir présidentiel déjà bien fort. Ce sénat qui n’a pour seule ambition que de ‘‘tenir’’ des hauts cadres des différentes régions du pays, aura un budget de fonctionnement de 3.4 milliards par an.

Vous remarquerez que chaque année avec essentiellement le budget de notre Sénat une usine de transformation de cacao pourrait être mise en place. Toute chose qui contribuerait à la création d’emplois durables pour des millions de chômeurs.

Pourquoi le choix d’un Sénat budgétivore ?

Comment peut-on comprendre qu’un gouvernement raisonnable, fasse le choix d’un Sénat budgétivore qui impose de créer de nouveaux impôts, en lieu et place d’un appui au secteur privée pour une création d’entreprises qui créeraient de l’emploi et des richesses?
Le régime Ouattara montre ainsi, par ces choix de gestion, que la priorité pour lui, reste le renforcement de son pouvoir en vue de maintenir et renforcer ses positions économiques et celles de ses amis de la haute finance. Le peuple n’étant qu’un faire-valoir qu’il faut corrompre opportunément, par ces élites qu’on embrigade avec l’appât des postes et des espèces sonnantes et trébuchantes.

Le mal dans tout ça, c’est que pour toutes ces basses manœuvres, ils utilisent l’argent public. Et cet argent public est levé à partir de nouvelles ressources qu’ils lèvent sur le dos du contribuable. Vous refusez de nous trouver du travail, de partager les fruits du travail des peuples avec lui, et vous vous taillez des postes sur mesure en nous mettant à contribution. Franchement vous ne cessez d’insulter l’intelligence des peuples.

Le seul tort des peuples Ivoiriens

Ce pays à d’immenses richesses au-delà de ce que peut penser le commun des ivoiriens. Le seul tort des peuples Ivoiriens, c’est d’avoir des dirigeants affairistes, méchants et qui n’ont aucune volonté de faire avancer le pays et le Continent.

Pourtant si ce régime réussit tant bien que mal à faire avaler ces pilules, ce n’est pas tant que les peuples soient d’accord avec cette politique anti sociale, non. C’est plutôt que la nation cherche une alternative nouvelle capable de la rassurer dans sa diversité et apte à opérer un changement progressiste dans son intérêt.

Au demeurant, il convient pour le peuple de comprendre que c’est dans un mouvement conscient et unitaire, qu’il peut imposer cette alternative au système finissant actuel.