Comme chaque année dans la ville d’, au sud-est de la Côte d’Ivoire, le début de la saison des pluies rime avec l’invasion des .

Les moucherons font mouche à Aboisso. Un jeu de mot qui ne sera pas du goût de la population locale car la situation devient de plus en plus préoccupante comme le décrit si bien une victime des moucherons à Aboisso.

À chaque fois que nous sommes dehors il y a des bêtes qui viennent se coller à notre peau ça pique et ça tire le sang. Et puis après quand elles s’en vont, ça démange.

Djakaridja Fofana, le chef de service adjoint de la lutte anti-vectoriel INHP d’Aboisso confirme l’information. « Nous avons été alerté d’une invasion de au niveau du département d’Aboisso »

« Près 200 piqûres par homme et par jour »

Les simulies ? C’est l’autre nom scientifique des moucherons. Des insectes à la base de la transmission de l’onchocercose ou cécité des rivières dont le virus peut vivre jusqu’à quinze années dans le corps humain.

Le moucheron est un petit insecte différent des mouches à fruits. Appelé encore simulie il ne vit que quelques jours et se nourrit du sang pour se reproduire. « Ils s’attaquent généralement aux populations qui sont dehors parce que le moucheron pique à l’extérieur. Ces populations peuvent recevoir à peu près 200 piqûres par homme et par jour ».

A lire aussi : « Privatisation » des CHU : Le ministère de la Santé clarifie sans convaincre

Voilà pourquoi il a été recommandé de mener une activité de lutte contre le simulie, le moucheron, dans la région donc le département d’Aboisso. Notamment dans les localités d’Ayamé et dans la commune d’Aboisso et dans la commune de Maféré.

Démangeaisons désagréables

Si la piqûre du moucheron n’est pas douloureuse la démangeaison qui en résulte peux être désagréable. Depuis quelques semaines l’Institut national de l’hygiène publique mène une opération de lutte contre les moucherons dans la ville. Une opération qui vise à détruire les sites larvés qu’on trouve particulièrement aux abords des cours d’eau.

A lire aussi : Santé maternelle et infantile : Le Japon renforce les capacités du CHU de Cocody

Aux populations, les autorités locales du conseil régional du Sud Comoé demande aux populations d’ouvrir les fenêtres et les portes comme il est recommandé pour un franc succès de cette opération. Elles tiennent à rappeler et à rassurer la population que le produit utilisé pour la lutte contre les moucherons n’est point toxique.

L’opération va s’étendre dans les localités riveraines au fleuve de la Bia ainsi que tous les sites sensibles de la ville d’Aboisso.