est à Abidjan pour deux concerts au palais de la culture de Treichville et au Sofitel hôtel Ivoire d’Abidjan respectivement les 21 et 22 décembre 2018.

Comme on devait s’y attendre le public ivoirien a boudé le premier concert de l’artiste congolais. «Je demande pardon à tous les Ivoiriens. J’ai signé un contrat avec un producteur au Congo. Et dans le contrat, il a souhaité filmer le concert. J’ai dit ok pas de soucis. Je suis venu à Abidjan et à quelques heures du concert, le promoteur m’a dit qu’il n’allait plus filmer. Et que si je voyais une seule caméra je pouvais arrêter le concert.

A ma grande surprise pendant mon spectacle, il y avait des drones, des caméras partout. J’ai beau appelé le promoteur il ne m’a jamais écouté. Voilà pourquoi j’ai arrêté ma prestation. Mais je demande pardon à mes fans et à la population ivoirienne. Demain, ils pourront faire des photos gratuitement», avait expliqué l’artiste aux mélomanes ivoiriens à C’Midi, une célèbre sur la chaîne nationale. Ces explications et ce mea-culpa public n’ont visiblement pas ému ces fans.

A lire aussi : Tina Glamour arrive en sang à l’hôpital : ‘’Mon fils m’a poignardée’’

Ils ont tout simplement boudé le concert du grand Monpao. Prévu pour débuter à 18 heures GMT, jusqu’à 20 heures la salle était presque vide. Aux environs de 21h 15 minutes, les batteurs et les danseurs ont commencé à assurer la première partie du spectacle. Koffi Olomidé est apparu sur la scène de la salle anoumabo du palais de la culture de Treichville qu’à 22 heures pile poile.

Pour rappel, en plein milieu de l’interprétation d’un de ses tubes à succès, en décembre 2015 pendant le festival de grillades, l’artiste avait arrêté le concert sous prétexte qu’il n’avait pas été informé de la présence de drones pour filmer les prestations. Brisant ainsi sa relation fusionnel le avec ses fans ivoiriens qui l’adulaient presque. Tel un mot d’ordre, les fans n’ont pas répondu à l’appel de leur idole comme à l’accoutumée.

( Avant cet épisode des drones, c’était un vrai culte que les ivoiriens amoureux de la rumba rendaient à Koffi Olomidé). Trois ans après ce qu’ils considèrent comme une foutaise, la frustration semble toujours d’actualité.

Roxane Ouattara