La mère du petit Bouba parle de Sagno : « Il avait d’abord enlevé un bébé de 3 mois »

La mère du petit Bouba témoigne
Etienne Sagnon, assassin présumé du

Pour la première fois, la mère d’Aboubakar Sidick Traoré dit Bouba, enlevé le 26 février 2018 dans son quartier de Williamsville et tué le même jour à Angré, parle. On découvre à travers son témoignage livré à la RTI, comment Etienne Sagno, surnommé « Bonjour Tonton », pour sa gentillesse à l’endroit des enfants, a procédé. Un récit révoltant.

Quarante jours après mon accouchement, on m’a dit qu’il y a désormais un carnet électronique à l’hôpital et qu’au moment de faire les vaccins, on t’appellera ou, on t’enverra des messages. C’est en cela, qu’on m’a envoyé des messages pour me signifier que le 23 février, je devais faire vacciner ma fille. Or, dans le carnet, c’était prévu pour le 27 février. J’ai décidé d’y aller quand même. Je me suis donc rendue à l’hôpital avec l’enfant. Là-bas, on m’a dit de revenir le 27 février.

De retour à la maison, j’ai mon neveu qui m’a dit que Bouba avait une boisson de 300 FCFA en main et qu’il ne sait pas qui lui a donné. J’ai appelé Bouba et lui ai demandé la personne qui lui a donné la boisson. Il m’a dit que c’est son père qui lui a donné l’argent pour l’acheter. J’ai pris le téléphone et j’ai appelé son père pour lui demander si c’est effectivement lui qui a donné l’argent à Bouba pour acheter la boisson. Il m’a dit qu’il ne lui a pas donné d’argent. Alors, je l’ai informé que Bouba avait une boisson de 300 FCFA en main. Mais qu’il refuse de me dire qui le lui a donné. Je l’ai donc coincé et battu. C’est à ce moment qu’il m’a dit que c’est une femme de la cour qui lui a donné la boisson.

Etienne Sagno, alias « Bonjour Tonton »

Je suis allée voir la femme qui m’a dit qu’elle ne lui a pas donné de boisson. Donc, quand il est venu à la maison, je l’ai battu encore tout en lui demandant qui lui a donné la boisson. Parce que je continuerai de le battre s’il ne me dit pas la vérité. Il m’a alors avancé le nom du tonton bijoutier. Je lui ai dit que j’allais partir demander à ce dernier s’il était l’heureux donateur. Il m’a répondu par l’affirmative que je pouvais lui demander.

Le soir, je l’ai vu l’ai vu de l’autre côté de la route. Je lui ai demandé si c’est lui qui a donné la boisson à Bouba. Il a répondu positivement que c’est lui qui lui a donné. Par ailleurs, j’ai ajouté que je l’ai bien battu parce que je lui ai dit de ne pas prendre les trucs des inconnus. Il m’a déconseillé de le battre puisque c’est lui qui lui a donné la boisson. Il a poursuivi en disant que Bouba lui en avait fait la demande, donc il lui a donné et qu’il lui a dit de ne pas demander.

Les gens me font le reproche que je refuse que mes enfants mangent chez eux. Mes voisines peuvent témoigner. Un jour, il y a une dame qui m’a dit en ironisant que tu bats tes enfants parce que tu ne veux pas qu’ils mangent chez les gens. Mais chez moi ça sera le contraire parce qu’ils mangeront que tu le veuilles ou pas. Cela faisait quelques jours que son petit frère était malade donc, on ne dormait pas la nuit.

J’étais tellement fatiguée avec le bébé que j’ai décidé de me reposer. Ils étaient en train de faire Tempo à la télé, les enfants étaient en train de regarder leur dessin animé. Comme, c’étaient des chansons retro qui passaient sur Tempo j’ai voulu regarder. Mais, les enfants ont refusé parce qu’ils voulaient regarder leur dessin animé. J’ai alors pris le bébé et je suis allée me coucher. Je me suis réveillée à 14h quand son grand frère est venu me dire qu’ils ne sont pas rassasiés. Ma petite belle qui était là à ce moment lui a dit de ne pas me déranger et lui a demandé de la suivre pour qu’elle leur serve le riz. Chose qu’elle a faite et ils ont mangé.

Lorsque je me suis levée, j’ai dit à leur grande sœur d’aller les chercher. Elle est partie dans la cour et est revenue me dire qu’ils ne sont pas là. Ils vont jouer dans trois cours seulement. Dans toutes les trois ils nous ont dit qu’ils ne sont pas là.
Donc, je suis partie chez ma voisine elle habitait ici mais elle a déménagé juste au carrefour. C’est la troisième cour où ils jouent souvent. Je suis partie là-bas j’ai vu le grand frère et je lui ai dit de venir à la maison. Le petit frère était déjà là. Je lui ai demandé où se trouve Bouba. Il dit qu’il ne l’a pas vu. Je lui ai redemandé s’il ne l’a pas vu il a dit non. J’ai demandé à tout le monde mais personne ne l’a vu.

J’ai pris peur et je me suis rendue chez ma voisine, vu que mon neveu était allé jouer au ballon. Je suis allée la voir pour prendre le numéro d’Alassane pour l’appeler et lui demander s’ils sont avec Bouba parce qu’ils jouent souvent avec lui. Elle m’a dit que le téléphone de celui-ci est gâté. Et qu’il lui a demandé de lui donner de l’argent pour l’arranger mais elle ne lui a pas donné.J e suis montée. Quelques minutes après, Alassane est venu me trouver, il m’a dit qu’il était avec Ablo, mais pas avec Bouba.

J’ai tiré la conclusion que Bouba n’est pas là. Dans ces deux temps, il va jouer au ballon avec Ablo. S’il n’est pas avec Ablo c’est que Bouba n’est pas là. Parce qu’on l’a déjà cherché partout où il va et on ne l’a pas retrouvé. A l’école là-bas il n’a pas d’amis. Ses seuls amis sont ici tout le monde le connait au quartier. C’est un enfant qui est beaucoup aimé. C’est à partir de là qu’on a commencé à le chercher. Ils nous ont dit qu’il y avait une fête derrière là-bas. On est parti à la fête ils nous ont dit que Bouba n’est pas là. Ils le connaissent et qu’il n’est pas venu à la fête.

« la voisine nous a dit qu’il est venu avec un bébé. Il est venu d’abord avec une petite fille, un bébé d’environ 3 ou 4 mois. C’est quand il est parti qu’il est revenu avec un petit garçon »

Ma fille s’est alors rappelée que la dernière fois qu’elle a vu Bouba, c’était avec le bijoutier qu’on appelle « Tonton Bonjour ». Parce qu’il joue avec tous les enfants. Quand tu dis tonton bonjour, il te donne l’argent. Tout le monde l’appréciait. Quand tu as ton sac de riz et que tu es derrière la route, c’est lui qui va chercher ton sac de riz. Moi-même je vendais des œufs. Quand je vais chercher mes cartons d’œufs et que je suis de l’autre côté de la route, c’est lui qui ramasse tout pour traverser la route. Il m’a vu j’étais enceinte il a plaisanté en disant ma vieille mère il faut faire deux bébés cette fois ci tu vas me donner un tu prendras un. Cependant, je ne savais pas qu’il avait cette réputation.

La route nous sépare, donc c’est comme si ce sont deux quartiers différents. Lui est de l’autre côté de la route, là-bas dans le bas-fond. Nous ne savions pas qu’il avait cette réputation. J’ai dis d’accord comme tu l’as vu avec le bijoutier, allons à la bijouterie son petit est là. Avant qu’il ne parte à la maison je vais lui demander. Ce dernier m’a donné le numéro de son oncle. Quand je l’ai appelé, il a coupé. A plusieurs reprises, il a coupé l’appel. Donc, j’ai demandé au petit s’il n’a pas vu Bouba avec lui. Il a dit que quand son oncle partait il était allé acheter à manger.

A lire : Les marabouts et féticheurs de brouteurs ne doivent plus connaître la paix

J’ai cherché à savoir où il habite et au petit de me dire que s’il arrive à la maison, il lui demandera si Bouba est avec lui. J’ai par la suite décidé d’aller à la maison avec lui. Dans le même temps, ma belle-sœur qui était allée à Bonoua, est venue donc, on est allée à la maison chez lui là-bas. Le petit a ouvert la porte on est rentré. C’est une entrer-coucher. On n’a rien vu.

C’est en sortant que la voisine nous a dit qu’il est venu avec un bébé. Il est venu d’abord avec une petite fille, un bébé d’environ trois ou quatre mois. C’est quand il est parti qu’il est revenu avec un petit garçon. Et à elle d’ajouter qu’elle n’a pas d’enfant. De ce fait, elle n’a pas eu de foyer. Donc quand elle voit les enfants, elle les apprécie. Elle lui a même demandé d’où il venait avec le joli garçon. J’étais en train d’expliquer quand elle a dit oui il est joli et il ressemble à Chinois. J’ai dit oui que c’est mon Bouba ça. C’est mon Bouba, il ressemble à Chinois. Quand j’ai dit qu’il ressemble à un Chinois, elle a aussi dit oui que je l’ai vu il ressemble à un Chinois (elle pleure, NDLR).

Elle m’a dit qu’elle a vu l’enfant. Mais comme mon téléphone est déchargé (son petit frère ayant joué au jeu avec, il s’est déchargé) donc, elle m’a donné un chargeur afin que je le branche et que si elle voyait la photo de l’enfant, elle pourrait le reconnaître. J’ai eu du mal à charger le téléphone mais quand j’ai montré la photo à la dame, elle a tout de suite dit que c’est le petit qui était avec lui. Je l’ai appelé, il a décroché, mais a nié qu’il était avec Bouba.

A lire : Le marabout d’Etienne Sagno, localisé à Mankono, désormais porté disparu

Donc, je suis restée là-bas chez lui le temps qu’il vienne. Pendant ce temps, ma belle est partie à la police. Il ne savait pas que j’étais chez lui. Quand je l’ai appelé il m’a dit qu’il n’y avait pas de problème que mon mari même l’a appelé. A ce moment, mon mari était en brousse parce qu’il a une ferme. Et que mon mari l’a appelé et qu’il s’apprêtait à venir chez nous. Mais il ne savait pas que j’étais chez lui à la maison.

Quand il est venu me trouver, il m’a dit de partir, qu’il va se laver et qu’il va me trouver à la maison. J’ai dit non que je ne veux pas partir à la maison parce que les gens l’ont vu avec Bouba. Il dit qu’il n’était pas avec Bouba et qu’il l’a vu mais qu’il est retourné à la maison. Je l’ai supplié de me dire s’il était avec lui mais il a continué a nié qu’il était avec lui. Quand mon mari est venu, on l’a pris et on l’a envoyé au commissariat ».

La suite de l’histoire est connue de tous. RIP Petit Bouba !

Propos retranscrits pas Prince Beganssou

A lire : Qui protège le marabout du tueur présumé ?

Kadioha (Korhogo) : Un oncle tue son neveu et arrache son sexe, le marabout en fuite

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici