Ivoiresoir.net vous propose la réaction de d’Affi, Assoa, Billon, Drogba, Koulibaly, , Moutayé… après la libération de Gbagbo.

(président du FPI) « C’est un sentiment de joie et de soulagement qui nous anime et qui anime tous les militants et les cadres du FPI, tous les démocrates de Côte d’Ivoire, tous ceux qui se sont battus, depuis plusieurs années en vue de la libération de et de Charles Blé Goudé. Nous y avions toujours cru et je voudrais profiter de l’occasion pour dire merci à tous ceux qui ont œuvré à cette libération, les avocats de la défense, tous les leaders politiques, les diplomates qui sont restés mobilisés. C’est une décision qui offre une opportunité à la Côte d’Ivoire de retrouver tous ses fils en vue de la réconciliation nationale, une décision qui va sans nul doute mettre fin à la crise qui sévit au FPI, rassembler les militants et militantes, faire l’unité du parti en vue de la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020.

(Secrétaire général du FPI) C’est une joie immense qui m’envahit, une joie immense qui envahit tout mon corps et mon esprit. Voilà huit ans que nous courons après la vérité et comme l’a si bien dit en son temps le président Sékou Touré. Il a dit ceci : « Le mensonge court plus vite et très tôt mais la vérité va doucement, lentement et finit par le rattraper ». C’est ce qui se passe aujourd’hui. C’est qui fait que mes larmes pour des milliers et des milliers d’Ivoiriens qui ont été massacrés, tués parce que ceux-là disaient que la vérité était du côté de Laurent Gbagbo. Mais, aujourd’hui, la joie reprend la place parce que nous venions de faire un grand, très grand pas vers la réconciliation nationale. Il y a quelques jours, sur instruction du président Laurent Gbagbo, on dirait qu’il avait été inspiré, nous avons été envoyés voir les responsables religieux, les chefs spirituels de ce pays, les méthodistes, les catholiques. Hier (lundi 14 janvier), j’étais chez le Cheick Boikary Fofana, responsable de la communauté musulmane pour leur transmettre le message de paix et de réconciliation du président Laurent Gbagbo. Et, nous pensons, comme disent nos camarades, le chainon manquant de la réconciliation en Côte d’Ivoire va arriver bientôt et la Côte d’Ivoire sera en paix. Le Fpi a été toujours dans le jeu et c’est le moment de rendre hommage à Miaka Ouretto qui, dès juin 2011, s’est levé avec les autres camarades pour dire qu’il faut réveiller le Fpi. Ils ont produit un mémorandum en juillet 2011 qu’ils ont remis au chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara afin de lui demander de réconcilier les Ivoiriens. Ça n’a pas été fait et c’est pourquoi nous parlons de cela. 

A lire aussi : Urgent / 11 organisations internationales dénoncent l’amnistie de Ouattara

()
L’année 2019 commence avec une nouvelle de taille, une très bonne nouvelle, une nouvelle importante pour tous les Ivoiriens : celle de la libération du Président Laurent Gbagbo. En ma qualité de Président du Mouvement des Forces d’ Avenir (MFA), je voudrais, saluer le courage des Juges de la Cour Pénale Internationale () qui, en l’absence de preuves avérées, ont su dire le droit ayant abouti à cette décision historique. La libération du Président Laurent Gbagbo va sans aucun doute contribuer à la réconciliation des fils et filles de notre pays, décrisper l’atmosphère politique, et remettre la Côte d’Ivoire sur le chemin de la démocratie et du progrès. Je souhaite, les militants du MFA avec moi, que le Président Laurent Gbagbo rentre dès que possible en Côte d’Ivoire pour prendre toute sa place dans le débat politique national.

 

Gbagbo est libre, Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire !

(SE PDCI)

La CPI a acquitté et donné la libération du président Gbagbo. Mes premières pensées vont au président Gbagbo et à sa famille. C’est une étape importante vers la réconciliation nationale et la justice, un processus indispensable pour préparer la Côte d’Ivoire de demain»

(Lider) :

Le président Laurent Gbagbo est acquitté avec une remise immédiate en liberté. Huit ans de privation de liberté n’ont pas empêché la justice d’avancer. Les grandes joies sont silencieuses »

Michel Gbagbo 

 Je suis content, je suis très content. Merci aux Ivoiriens.  Le reste, ce sont des procédures. J’avais un doute, cette décision va au-delà de mes espérances. Je suis tellement content que maintenant je ne peux que le dire. J’espère qu’ils nous reviendront rapidement »