Joséphine Charlotte Muyuma Kala, représentante spéciale du président de la Commission de l’Union africaine (UA) lors d'une audience avec Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA.

, représentante spéciale du président de la Commission de l’ () s’est exprimée, à l’issue d’une audience avec , président du . Larges extraits.

Cette audience s’inscrit dans le cadre de la mission  de l’Union  Africaine qui est un mandat qui consiste à accompagner les pays africains dans la consolidation de la paix,  dans la stabilité des pays africains, dans l’accompagnement  des pays africains pour la tenue  des élections apaisées, transparentes et d’élections crédibles. En Côte d’Ivoire, nous attendons une élection présidentielle paisible 2020. C’est dans ce cadre-là que nous avons fait ce déplacement. Nous tenons à remercier le président du Pdci-Rda qui nous a reçues.

Et cette mission va se déployer ailleurs auprès des autres acteurs politiques ivoiriens afin de faire de la paix effectivement un comportement, pour qu’il y ait des paroles de paix et éviter les violences  verbales qui ne rassurent pas les populations.  Il faut ramener les acteurs politiques ivoiriens à poser des actes  de paix. La recommandation que nous faisons aux acteurs politiques ivoiriens, c’est qu’il y a une élection présidentielle en 2020 comme cela se  passera  dans des pays africains.

A lire aussi : Réforme de la CEI : Le rétropédalage de Sidi Touré confirme que Gon et Ouattara n’avaient pas lu l’arrêt de la Cour africaine

Et l’Union Africaine, dans sa mission qui est d’éviter des conflits car souvent les élections sont à la base des conflits en Afrique, fait des recommandations. La recommandation de l’Union africaine, c’est que les autorités ivoiriennes puissent organiser des élections paisibles et qu’il y ait moins d’actes de violences verbales et que chacun puisse privilégier la paix dans son comportement et dans les actes qu’il pose.  Il s’agit donc d’une diplomatie de la paix, une diplomatie préventive par rapport à l’échéance électorale à venir.

Comme autre recommandation, celle d’une compétition apaisée, pacifique, une compétition  où chacun  participe comme le prévoit la démocratie et que tout se passe bien.Je pense que la réponse à cette question de la est connue de tous. La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des peuples a pris  un arrêt à l’endroit de la Côte d’Ivoire demandant qu’on puisse faire la révision et la réforme de la en Côte d’Ivoire.

En ce moment, il y a un dialogue qui se fait entre le gouvernement, les partis politiques ainsi que la société civile par rapport à cet arrêt. Nous sommes sur la bonne voie et les discussions sont en cours et nous encourageons  tous les acteurs et toutes les parties prenantes  à ces négociations qui sont en cours », a conclu l’hôte du président du PDCI-RDA.