Aux côtés de Kobenan Kouassi Adjoumani, le porte-parole adjoint du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (), était face à la presse ce mardi 5 décembre 2018.

Mamadou Touré n’est pas passé pas quatre chemins pour donner son point de vue sur le RACI qui semble ne pas partager l’avis du RHDP unifié dans la mesure où ce mouvement qui est composé à majorité des cadres du RDR ne participera pas au congrès du 26 janvier 2018 : « Je pense qu’il ne faut pas prendre ces fantasmes pour la réalité. Le RDR est un parti solide. A l’issue du congrès ordinaire en 2017, le RDR qui a réuni près de 100 000 militants a fait preuve de son unité. Une direction a été mise en place et cette direction a regroupé toutes les valeurs de notre parti. Je ne connais aucun cadre du RDR légitime qui se retrouve dans l’autre voie que celle indiquée par le président Alassane Ouattara. Nous n’avons aucun problème d’unité en notre sein », a-t-il dit.

Et d’ajouter que dont certains se réclament, jusqu’à preuve du contraire est vice-président du RDR, membre du RHDP, a été élu  à Ferké sous la bannière du RHDP. En outre, le ministre de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des Jeunes a déclaré que le président de l’assemblée nationale devrait faire partie du groupe parlementaire RHDP puisque c’est sous cette bannière qu’il a été élu. Aussi, a-t-il fait savoir que  n’a pas encore dit au président Alassane Ouattara qu’il avait un problème par rapport à son engagement au niveau du RDR.

A lire aussi : Adjoumani : «Le 26 janvier, après le congrès du parti unifié, je ne suis plus militant du PDCI»

Par ailleurs, le porte-parole adjoint du RHDP a affiché mine sereine en parlant de la reprise des élections à Grand-Bassam et à Port-Bouet : « D’un point de vue statistique et mathématique, il est impossible au candidat (du PDCI) de Bassam de gagner les élections à Bassam si le RHDP dans sa composante actuelle est mobilisé », a-t-il lancé.

Poursuivant, il a déclaré : « Au regard des résultats des élections passées, ce candidat à pu être élu il y a cinq ans à la faveur du vote massif de nos militants actuels. Je ne vois pas comment ce candidat peut gagner si nos militants sont mobilisés parce qu’ils sont les plus nombreux d’un point de vue statistique à Bassam ».

Et de conclure en ces termes : « Notre responsabilité sera d’aller vers nos électeurs pour transformer cette majorité potentielle en majorité électorale lors du scrutin. Donc inéluctablement nous allons gagner à Bassam comme à Port-Bouët ».

Prince Beganssou

Mamadou Touré : « Si le régime est totalitaire, c’est que le PDCI est totalitaire »