Discours de , la responsable du de la lors de la cérémonie de remise de dons du projet ECLIC le 20 septembre 2018, à San Pedro.

Il y a trois ans, grâce à un financement du Département du Travail des Etats-Unis (), la Fondation ICI entrait dans la communauté de et dans 49 autres, avec le projet ECLIC, (Éliminer le travail des enfants dans les zones de la Cacao Culture en Côte d’Ivoire).

L’objectif affiché à travers ce projet était d’accompagner 50 communautés
cacaoyères dans leur dynamique de lutte contre le travail des enfants et plus généralement dans la création d’un environnement protecteur, où chaque enfant a accès à une éducation de base dans une famille, une communauté, exemptes de travail des enfants et engagée dans la protection des droits des enfants.

C’est donc, Mesdames et Messieurs, chers parents, un honneur pour moi, de nous voir ici rassemblé pour la remise des premières clés, fruits de notre engagement. Je voudrais donc profiter de cette tribune pour saluer chaleureusement et remercier pour leur présence :

Le corps préfectoral avec à sa tête le préfet de région, préfet du département de San Pedro. Monsieur le préfet, Merci de votre présence remarquée et de celle de vos collaborateurs.

Et Monsieur le premier Secrétaire de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire:, et (USDOL) et sa suite.

Si nous avons voulu marquer un arrêt et célébrer ensemble la fin des chantiers et la remise des clés aux communautés, il nous importe de souligner quand même que le travail que nous menons auprès des communautés va bien au-delà de cela et inclus depuis 2016 :

La constitution, la formation et l’équipement des Comités de Protection de l’Enfance (CPE) pour le travail de proximité de sensibilisation des communautés et de formation de ces dernières sur les questions du travail des enfants et de la protection de l’enfant ;

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « La qualité de l’enseignement plus faible dans le privé que dans le public » (IE)

L’élaboration et la validation des Plans d’Actions Communautaires (PAC) sous le lead les autorités sous préfectorales ; L’appui direct à plus de 2200 enfants à travers la distribution de kits scolaires, le règlement de frais de scolarité des collégiens, l’ouverture de classes passerelles pour les enfants en rupture scolaire et la mise en formation professionnelle de jeunes auprès de maîtres artisans (en partenariat avec la Chambre Nationale des Métiers de Côte d’Ivoire) ;

L’organisation et l’équipement des groupements de femmes et de jeunes : (les mamans et les jeunes, vous allez recevoir vos équipements tout à l’heure. L’identification en cours des enfants bénéficiaires pour l’établissement en cours de jugements supplétifs.

Aujourd’hui, nous venons symboliquement remettre les clés de 4 infrastructures scolaires composées chacune d’un bâtiment de trois (03) salles de classes avec bureau de Directeur + 01 Bloc de trois (03) latrines avec lavage des mains + 01 branchement sommaire, le tout en Briques de Terres Crues comprimées. Le tout, entièrement équipé. Ces infrastructures sont situées à et Kamiadji (ou en plus des ouvrages précédemment cités nous avons aussi un point d’adduction en eau potable), dans la Sous-Préfecture de Doba ; à Sinikosson dans la sous-préfecture de Ouyably-Gnondrou ; à dans la Sous-Préfecture de Gbapleu.

A Kouadiobakro dans la Sous-Préfecture de Méagui, il s’agit plutôt de la rénovation d’une école de six (06) classes avec bureau de directeur réhabilitée + un appatam pour la classe passerelle. En plus de ces établissements scolaires, 9000 Kits scolaires, des manuels didactiques pour les enseignants et du matériel seront distribués à 100 Organisations à Base communautaires (OBC) pour la réalisation d’ (AGR). (Paires de bottes, brouettes, atomiseurs, décortiqueuses, broyeuses, etc.)

Pour avoir rendu tout cela possible, je voudrais solennellement vous adresser, : Monsieur le premier secrétaire de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire:, et Représentant du Département du Travail des Etats Unis (USDOL), les remerciements de la Fondation ICI. Je puis vous rassurer de ce que nous avons veillé chaque jour, à les utiliser à bon escient les financements reçus.

Mesdames et Messieurs, Chers parents des communautés ici présentes,

Les appuis que nous vous apportons aujourd’hui sont le fruit de l’effort conjugué des Populations, des Autorités de la région, de la Fondation ICI et du Département du Travail (USDoL) des Etats-Unis dans la lutte contre le travail des enfants dans les zones de la cacaoculture. Mais ils sont aussi le témoignage de ce que cette réalité est toujours présente dans nos communautés et que nous devons poursuivre la lutte pour son éradication. C’est pourquoi, je voudrais vous inviter à toujours plus de cohésion et de dynamisme autour de la lutte contre le travail des enfants et pour la scolarisation de vos enfants, avec un accent particulier sur celle des petites filles dans vos communautés respectives.

A lire aussi : Julien-Geoffroy Kouao : « Que la jeunesse arrête de pleurnicher car le pouvoir s’arrache »

Chers enfants de , de Gligbeuadji et Kamiadji, de Sinikosson, de Ipouba et de Kouadiobakro, vous pour qui tous ces efforts sont déployés, la rentrée scolaire a débuté depuis le 10 septembre. Je voudrais vous demander de bien étudier vos leçons et de bien travailler à l’école. De profiter au maximum de ces infrastructures pour votre développement et votre épanouissement. Mais également je vous exhorte sous l’encadrement de vos enseignants à prendre bien soin de ces salles de classes que nous avons construites pour vous, grâce aux Etats-Unis. C’est votre bien à tous.

A vous parents des communautés que je viens de citer. Plus aucun enfant ne doit rester à la maison. Vous avez maintenant des bâtiments scolaires tous neufs. Inscrivez vos enfants à l’école pour qu’ils puissent devenir de hauts cadres de cette région, de ce pays, dans quelques années. Entretenez aussi les bâtiments que nous allons vous remettre, de sorte que lorsque nous reviendrons ici dans quelques mois ou quelques années, nous puissions trouver des bâtiments propres, où il fait bon étudier.

Sur ces mots, je voudrais souhaiter une très bonne rentrée scolaire 2018-2019 à tous.

Vive l’école ivoirienne

Je vous remercie.

La Friedrich-Ebert-Stiftung révèle : « De nombreuses ONG ivoiriennes n’existent que de nom »