Depuis Marcory où il a été invité pour le concert d’installation du maire (PDCI) , s’adresse au : « Continuez à fanfaronner ». C’était le samedi 19 janvier 2019, en présence du préfet Vincent Toh Bi.

Aujourd’hui, si on veut me tuer, on va me tuer. On va prier pour tous ceux qui ont des ambitions politiques qui ont oubliés que Dieu est au-dessus de nous, de nous tous, sans distinction. Il y a  en a  qui ont des ambitions ministérielles et des ambitions présidentielles pour 2020. Mais, est-ce qu’ils savent qui va mourir avant qui ? On est en janvier 2019. Il reste un an et plus de 6 mois. On ne sait pas qui sera en vie. Continuez de fanfaronner sur les médias. Dieu aura le dernier mot.

A lire aussi : Des pro-Ouattara brûlent des pneus sur la chaussée à Abobo, LIDER au procureur : Qu’attendez-vous, « c’est un flagrant délit »

Ce que je regrette ce soir. C’est qu’il n’a pas… bon, peut-être qu’ils sont occupés. Je vous accorde  cette situation atténuante. Il aurait dû inviter , Ezalez et Jacques  Ehouo. Ce n’est pas gâté. On va refaire ça. On va fêter avec eux. Je n’ai pas dit que je suis de leur camp. Ce n’est pas ce que j’ai dit. Mais, c’est bizarre. M. le Maire me charge de vous dire que ce concert sera refait à Port-Bouet, quand sera investi, puis, on le refera au Plateau, quand sera investi, on le fera à , quand Yacé sera investi, et on le refera aussi à Grand Bassam , de toutes les façons, chez  nous, c’est réglé, s’il n’est pas maire, il sera roi.

Elvire Ahonon