Le ministère des affaires étrangères a produit un communiqué invitant (Soul To Soul), à se présenter à la direction des ressources humaines.

« Le ministre des affaires étrangères invite monsieur Koné Kamaraté Souleymane (mle 345 588 H), ministre plénipotentiaire, 1er échelon, précédemment chef de protocole à l’Assemblée nationale, à se présenter à la direction des ressources humaines du ministère des affaires étrangères dès diffusion de ce présent communiqué ».

A lire aussi : L’intégralité des graves propos de Soro à Ferké : « Ceux qui sont chassés, s’appellent Méité, Traoré, Konaté… ces noms sont des Bété ?

Tel est le contenu du communiqué diffusé par voie de presse, par SEM Daouda Diabaté, secrétaire général des Affaires étrangères, sur instruction du ministre Marcel Amon-Tanoh. Ce communiqué, en apparence banal, est en réalité une procédure régulière destinée à déclencher une procédure administrative. En effet, selon le ministère des Affaires étrangères dont dépend Soul To Soul, détaché auprès de , en qualité de président de l’Assemblée nationale, un premier avis serait resté sans suite, « dans la mesure où le concerné n’a daigné y répondre ».

Suite à ce constat, le fonctionnaire peut être considéré comme démissionnaire et révoqué. De ce fait, Koné Souleymane Kamaraté alias Soul To Soul, directeur du protocole de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro est sur le coup d’un renvoi de l’administration publique ivoirienne, pour motif d’abandon de poste.

Rapelons que le chef du protocole de Guillaume Soro a passé un peu plus d’un an en prison. Il a été accusé dans l’affaire de la cache d’armes découverte à son domicile de Bouaké. Il a été libéré le mercredi 8 août 2018, au lendemain de la fête de l’indépendance, bénéficiaire, à l’instar de Simone Gbagbo et de plusieurs pro-Gbagbo, de l’amnistie présidentielle d’Alassane Ouattara.

Prince Beganssou