(KKS), candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2015, réagit suite à la déclaration lue par Nasseneba Touré, au nom des femmes du , dans laquelle elle évoque des propos xénophobes tenus récemment par des des personnalités politiques, sans pouvoir étayer sa déclaration par des faits précis.

Je viens de prendre connaissance de la déclaration des femmes du Rassemblement des femmes houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Avec l’espoir d’y trouver une condamnation ferme des propos scandaleux et humiliants de leur consœur de Tengréla, je l’ai lu et relu. Rien de tel, même pas du regret ni même une interpellation.

Au lieu de cette posture qui aurait eu le mérite de réhabiliter la dignité et l »honneur de la femme ainsi outragée, les femmes du RHDP ont centré leur préoccupation sur une constatation bien troublante.

« Après une mobilisation jamais égalée et face à une unité retrouvée des enfants du père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, nous femmes du RHDP avons constaté une résurgence du discours tribaliste, haineux et, ethnicisme et xénophobe dans le débat politique, faisant ainsi à nouveau peser sur l’avenir notre pays une lourde charge de plomb », dit la déclaration.

Cette assertion qui ressemble fort à celle ayant servi de justification de la profonde crise de laquelle nous peinons à sortir, appelle de ma part en ma qualité de neutre réconciliateur, je ne suis pro personne et afin d’exercer mon devoir d’interpellation les questionnements suivants :

A lire aussi : Affaire « Idjou » : Les femmes du RHDP refusent de condamner les insanités de Mariame Traoré (Déclaration)

Quels sont ces discours haineux, ethnicistes et xénophobes ? Quelles personnalités politiques en sont auteures ? La déclaration aurait situé clairement la responsabilité des Ivoiriens sur les faits d’une entreprise aussi dangereuse, qu’elle leur aurait identifié les pyromanes de la république, et de leur adresser l’interpellation la plus ferme.

En se contentant d’une vague réthorique sur des termes aussi sensibles, la déclaration des femmes houphouétistes apparaît autant dangereuse en ce qu’elle agite insidieusement le chiffon rouge du tribalisme, de la haine, se l’ethnicisme et de la xénophobie ce qui me paraît fort regrettable.

Quoi que n’étant pas de cette classe politique, je suis dans la classe politique et scrute attentivement les discours des uns et des autres dans le débat politique. Depuis la date indiquée, je n’ai vu aucune personnalité politique en dehors du député du RHDP, indexer qui que ce soit pour son ethnie ou pour son origine.

De grace pour la réconciliation, la paix et la stabilité dans notre pays, arrêtons de servir des prétextes aux agitateurs, arrêtons d’agiter le chiffon rouge de la xénophobie. L’art de se prévaloir de sa propre turpitude ne saurait prospérer éternellement.

Retranscrit par Prince Beganssou