Dans l’affaire  »Idjou » avec , députée de Tengrela contre , présidente de l’Union des femmes du PDCI-RDA (), l’article 42.4 du règlement de l’Assemblée Nationale tranche clairement.

La censure avec exclusion temporaire du Palais de l’Assemblée Nationale peut être prononcée contre tout Député qui a subi deux fois la censure simple, qui en séance publique, fait appel à la violence ou qui s’est rendu coupable d’outrages envers l’Assemblée Nationale ou son Président, envers le Président de la République ou les membres du Gouvernement, envers les Institutions de l’Etat ou envers le Peuple de Côte d’Ivoire», stipule l’article.

A lire aussi : Affaire « Idjou » de Mariame Traoré : Voici l’intégralité des propos de Sita Coulibaly, aucune injure contre Kandia

S’il est clair qu’un député ne doit pas faire outrage au peuple, selon cet article de l’Assemblée nationale, alors, en ce cas d’espèce, la députée de doit être entendu par qui de droit dans l’affaire  »Idjou ».

Notons que Mariame Traoré avait tenue des propos obscènes dans une vidéo qui avait circulé sur les réseaux sociaux à l’endroit de Sita Coulibaly.

Roxane Ouattara