En décidant de la reprise des élections locales ivoiriennes, le dimanche 16 décembre 2018, le gouvernement ivoirien a (une fois de plus) décidé de violer sa propre violation, en deux mois seulement. 

De quoi s’agit-il ? Le samedi 13 octobre 2018, les électeurs ivoiriens étaient appelés aux urnes. Le choix du samedi était en violation du code électoral, dans son article 33 qui souligne : « Les opérations de vote ont toujours lieu un dimanche. Elles ne durent qu’un jour, sauf en cas de force majeure. Le scrutin est ouvert et clos aux heures fixées par décret portant convocation du collège électoral sur proposition de la commission chargée des élections ».

A lire aussi. Le scrutin annulé à Bingerville : Le mauvais calcul de Issouf Doumbia qui avait cédé sa victoire au RHDP

Le gouvernement avait déclaré que le choix de la date était plutôt conforme à la nouvelle constitution qui fixe au samedi, le jour de l’élection présidentielle. Uniquement pour l’élection présidentielle. Cependant, les autorités avaient expliqué que le samedi était désormais acté, puisque les élections sénatoriales s’étaient déroulées un samedi.

« L’art de ne pas être logique avec sa propre logique et n’éprouver aucune gêne de principe. Une belle façon de montrer l’exemple à son propre peuple » (André Silver Konan)

Mais alors que les autorités avaient « imposé » le samedi, voilà que le même gouvernement, en moins de deux mois, fixe les élections partielles le dimanche 16 décembre 2018. « Bienvenue en Côte d’Ivoire, le seul pays au monde où le gouvernement peut choisir un samedi comme date des élections les jours pairs et choisir un dimanche, comme date des élections, les jours impairs. En moins de deux mois. L’art de ne pas être logique avec sa propre logique et n’éprouver aucune gêne de principe. Une belle façon de montrer l’exemple à son propre peuple« , a réagi André Silver Konan, qui pointe régulièrement avec ironie la propension au non respect de ses propres textes.

8 localités

Rappelons que le scrutin sera repris dans les régions du Lôh-Djiboua (victoire proclamée du RHDP) et du Guémon où les résultats n’avaient pas été proclamés. Quant aux communes, ce sont Lakota (victoire annoncée du RHDP), de Port-Bouët (résultats non proclamés), Grand-Bassam (victoire annoncée du RHDP), Bingerville (victoire annoncée d’un indépendant qui avait remis sa victoire au RHDP), Booko ((victoire annoncée du RHDP) et Rubino (victoire annoncée du PDCI), où les élections seront reprises.

Elvire Ahonon

Élections locales un samedi : Alassane Ouattara et Youssouf Bakayoko en violation flagrante de la loi