C’est un nouveau feuilleton digne de 24 heures chrono qui s’ouvre. Alors que le parquet avait assuré dans la matinée n’avoir pas émis de mandat d’arrêt contre le député-maire non installé , le domicile abidjanais de ce dernier a été fouillé de fond en comble par trois policiers ce lundi 9 janvier 2019. Perquisition chez Ehouo ou tentative d’arrestation ?

Ils étaient à la recherche du député du Plateau, élu à la tête du conseil municipal du Plateau. ce dernier ne se trouvait pas à son domicile, au moment où les émissaires du procureur de la République Richard Adou arrivaient. « Ils sont entrés, ils ont fouillé toutes les chambres, mais n’ont rien emporté, ni ouvert un quelconque dossier. Ils semblaient être davantage à la recherche du maître des lieux », a témoigné à Ivoiresoir.net, un témoin oculaire.

A lire aussi. Des partisans du député-maire élu Ehouo paralysent une partie du Plateau, la police tire

Les trois policiers, après avoir passé le domicile au peigne fin, ont remis une convocation à l’attention du député et sont repartis. Alors que les rumeurs de l’encerclement par la police du domicile de Jacques Ehouo, voire de son arrestation s’amplifiaient sur les réseaux sociaux, le parquet avait démenti avoir émis un mandat d’arrêt.

Cette nouvelle convocation est la deuxième après la première à laquelle le député-maire non installé n’avait pas déféré. Ses avocats avaient mis en avant le respect de la procédure, Jacques Ehouo étant couvert par l’immunité parlementaire, le procureur doit obtenir l’autorisation préalable de l’assemblée nationale.

Elvire Ahonon