, directeur de campagne de Georges Philippe Ezaley, arrêté manu militari, le lundi 29 octobre 2018, a été conduit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), ce jeudi 31 octobre 2018, après deux jours de garde à vue à la préfecture de police.

Adama Kamagaté avait été arrêté à son domicile de Grand-Bassam. L’on lui avait porté une cagoule devant ses enfants et conduit, en culotte à la préfecture de police d’Abidjan, si l’on en croit le témoignage de Georges Philippe Ezaley. Kamagaté était accusé par la police, d’avoir, en complicité avec le maire déclaré perdant lors des municipales du 13 octobre 2018, d’être à l’origine des troubles postélectorales. Officiellement.

A lire aussi. Sa Majesté Amon Tanoé parle : « C’est Ezaley lui-même qui s’est mis la corde au cou, il lui suffisait d’accepter d’être RHDP»

Officieusement certains de ses proches ne manquent pas de relever qu’Adama Kamagaté payerait les frais de son engagement aux côtés de la liste . Ce professeur du Lycée moderne de Grand-Bassam était membre de la municipalité sortante et est resté fidèle à son mentor qui l’avait nommé directeur de campagne. Une loyauté que certains verraient d’un mauvais œil, tant ils auraient aimé qu’il milite au et rallie la liste du mouvement présidentiel.

Pressions du RHDP

« Il a fait l’objet de nombreuses pressions, mais il a toujours dit qu’un Kamagaté est un homme de loyauté. Il paye le prix de sa loyauté politique, rien d’autre », s’indigne ce proche, rencontré au palais de justice où le concerné a été déféré ce matin, devant le parquet. De leur côté, les autorités ont jusque-là refusé de commenter cette détention et l’on ignore toujours le chef d’accusation exact retenu contre Adama Kamagaté. Selon des indiscrétions au palais de justice, une communication du procureur devrait venir apporter plus de lumière sur ce dossier manifestement politique.

A Grand-Bassam, la liste PDCI a fait l’objet de fortes pressions au plus haut niveau. Dans une déclaration faite le dimanche 21 octobre 2018, devant la cour, Sa Majesté Désiré Tanoé, roi des N’Zima avait fait une révélation troublante et admis avoir été l’un des acteurs de la pression, sur Ezaley.

« C’est Ezaley lui-même qui s’est mis la corde au cou. Il lui suffisait de dire OK, j’accepte d’être tête de liste RHDP, nous serions en train de parler de l’ en ce moment. En politique, quand on pose un acte, il faut l’assumer. La politique est un jeu comme le football. Avant de poser un acte, il faut réfléchir par trois fois », avait-il déclaré, soulevant le courroux d’une partie de la notabilité.

Elvire Ahonon

André Silver Konan : « Le loup RHDP, les cabris FPI, les moutons PDCI et nous »