Manifestations au Plateau des jeunes partisans de Jacques Ehouo

Manifestation des jeunes partisans du député-maire du Plateau, Jacques Ehouo. Ils protestent depuis ce matin du lundi 7 janvier 2019, pour réclamer son installation, conformément à l’arrêt de la cour suprême. La police use de tirs de lacrymogènes pour les disperser.

La situation est tendue au Plateau, à l’heure où nous écrivons ces lignes. Des partisans du maire élu, le député Jacques Ehouo, ont érigé des barricades à Aboboudoumé, paralysant une partie de la circulation menant au Plateau, centre administratif d’Abidjan.

Samedi, des jeunes du PDCI avaient menacé de paralyser le Plateau, si le conseil municipal élu n’était pas installé. De fait, après sa victoire sans appel, aux municipales du 13 octobre 2018, après une grotesque tentative de braquage électoral orchestré par Fabrice Sawegnon, candidat du RHDP au pouvoir, Jacques Ehouo devrait être confirmé au cours d’une cérémonie présidée par le préfet.

A lire aussi. Plateau : Voici pourquoi Jacques Ehouo n’a pas répondu à la convocation de la police économique

Cette cérémonie fut reportée sine die, au motif d’un curieux incendie d’un bâtiment de la mairie, dont l’auteur serait un certain Flavien Niondé, membre de l’équipe de campagne du candidat malheureux, qui a été arrêté, puis libéré. Depuis lors, l’administration préfectorale conduite par Vincent Toh Bi Irié a multiplié les fuites en avant, sans doute, obéissant aux ordres de la hiérarchie, pour ne pas procéder à l’installation.

C’est dans ces conditions que se prévalant de ses propres turpitudes, le ministère de l’Intérieur a ordonné la mise sous administration préfectorale de la commune du Plateau. « Une forfaiture incroyable et un grave recul démocratique », ont dénoncé en chœur plusieurs leaders politiques et d’opinion.

Elvire Ahonon