Mort de N’Sikan, pionnier du transport et self-made-man ivoirien, un mois après son épouse. Le fondateur de l’Union des transports de Bouaké (UTB, la première compagnie à capitaux ivoiriens, qui a su résister au temps) a tiré sa révérence au petit matin du jeudi 10 janvier 2019, à Abidjan.

Kouamé Konan N’Sikan est décédé, un mois après qu’il a procédé à l’inhumation de son inséparable épouse à Sakassou. Ce natif de Diabo est un enfant de paysan qui n’avait pas connu l’école. Il a commencé apprenti-chauffeur avant d’acquérir son premier véhicule qu’il a lui-même conduit.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Décès à son domicile, de Gbaï Tagro, un opposant historique à Houphouët

A force de travail et d’abnégation, il a fondé UTB, l’une des entreprises de transport les plus dynamiques de la Côte d’Ivoire, employant directement ou indirectement des milliers de personnes. Ex-député (PDCI) de Diabo, il s’était inscrit à des cours d’alphabétisation et avait atteint le niveau de la Terminale, de sorte qu’il lisait lui-même ses discours et parlait couramment le français.

N’Sikan est l’une des plus grosses fortunes de la Côte d’Ivoire. Il laisse une compagnie bien organisée, qui, on l’espère ne connaîtra pas de guerre de succession, comme son ancien concurrent direct STIF.

Prince Beganssou